AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Elle se déhanche, bouge doucement sur une musique qui maintenant enivre nos journées. Pourtant on s'en balance bien de la Valentina, de son escapade à Rome et de ses désirs de dolce vita, Elle vit dans nos crânes, avec son petit sourire mutin. It's wonderful, c'est comme ça. Depuis qu'on est gosse, on grandit à travers des spots publicitaires, des affiches aussi grandes que nos mères, fasciés brillant sur les immeubles parfois gris de Paris. On sifflote la musique de la dernière pub à la mode, inconsciemment pris dans l'engrenage, c'est qui ce type déjà ? Paolo Conte ? Si efficace. On rêve de liberté, de femmes modernes, du pantalon de Coco Chanel à la jupe asymétrique qu'on trouve dans n'importe quelle boutique de prêt-à-porter. Parce qu'il y a cette femme, dans notre dernier Vogue qui la porte tellement bien, et ce parfum, dieu ce parfum, si Hermès a l'air si sauvage, si libre, alors notre homme le sera aussi. Ce serait si beau, n'est-ce pas, d'être cet homme-là ? On les désire, férocement. Cet homme, cette femme. C'est l'histoire, d'une perfection calculée à la mèche près, la notre, la votre.


17400
14000
35100
models © 2013/14, toute copie partielle ou intégrale est prohibée, optimisé sous chrome.


aeroplane

7feetunder

Partagez | .
 

 c'est une histoire de plaque ... + poppillia.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité



MessageSujet: c'est une histoire de plaque ... + poppillia.   Sam 28 Juin - 18:41

FT. POPPY.
« Il y a …. DE LA CAROTTE DANS MON REPAS. » Le cri résonne dans les murs du restaurant. Les gens lèvent la tête vers la source du bruit, la grande Camactov, devenue toute rouge, pleurant à chaudes larmes. Elle regarde autour, fusillant de ses yeux larmoyants l'ensemble de la pièce qui ne comprend rien. « Je … je suis allergique … vous êtes des imbéciles … ALLEZ CHERCHER UN MEDECIN. » Elle frappe la table, balance un verre à terre pour que les serveurs s’en aillent. Elle sent déjà sa peau chauffer, devenir toute rouge, elle étouffe … elle va être couverte de plaques… Et y’a Poppy, en face d’elle qui … se marre ? « NON MAIS TU TE MOQUES DE MOI, LA ? JE NE VAIS PAS TRAVAILLER PENDANT UNE SEMAINE. Alors bouge tes fesses et va me chercher de l’aide… » Elle se laisse tomber sur une chaise, pleurant comme une enfant en regardant ses mains déjà couvertes de plaques rouges. Heureusement, son visage n’est pas une partie sensible. Limite en hyperventilation, elle regarde autour et balance son assiette au sol en voyant le serveur non loin qui rit, lui aussi. Peut-être qu’elle aurait dû éviter les six verres de vin juste avant, elle aurait su se contrôler. « Vous vous moquez de moi ? Vous savez qui paie votre putain de salaire de misère ? C’est moi, monsieur, moi. Avec tous les millions que je gagne, je suis obligée d’en donner à des attardés dans votre genre. Alors, si vous ne voulez pas finir fermier dans un village miteux, vous avez intérêt à vous bouger… ET QUE CA SAUTE. » Les murmures continuent, heureusement, il n’y a pas encore de photographes… Poppy qui se marre toujours en face … Et Camillia, qui n’a qu’une envie, les égorger tous, un par un. Oh, j'ai oublié de vous dire ? Camillia est un peu, petit peu, tout petit peu pompette.
Revenir en haut Aller en bas
 

c'est une histoire de plaque ... + poppillia.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Histoire de la prison Bonne Nouvelle de Rouen
» Histoire des noms de nos navires
» L'histoire de petit Louis
» histoire de paysan normand
» je vous présente mon histoire avec ma fille Inès

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MODELS :: Après l'effort... :: quotidien :: restaurants-