AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Elle se déhanche, bouge doucement sur une musique qui maintenant enivre nos journées. Pourtant on s'en balance bien de la Valentina, de son escapade à Rome et de ses désirs de dolce vita, Elle vit dans nos crânes, avec son petit sourire mutin. It's wonderful, c'est comme ça. Depuis qu'on est gosse, on grandit à travers des spots publicitaires, des affiches aussi grandes que nos mères, fasciés brillant sur les immeubles parfois gris de Paris. On sifflote la musique de la dernière pub à la mode, inconsciemment pris dans l'engrenage, c'est qui ce type déjà ? Paolo Conte ? Si efficace. On rêve de liberté, de femmes modernes, du pantalon de Coco Chanel à la jupe asymétrique qu'on trouve dans n'importe quelle boutique de prêt-à-porter. Parce qu'il y a cette femme, dans notre dernier Vogue qui la porte tellement bien, et ce parfum, dieu ce parfum, si Hermès a l'air si sauvage, si libre, alors notre homme le sera aussi. Ce serait si beau, n'est-ce pas, d'être cet homme-là ? On les désire, férocement. Cet homme, cette femme. C'est l'histoire, d'une perfection calculée à la mèche près, la notre, la votre.


17400
14000
35100
models © 2013/14, toute copie partielle ou intégrale est prohibée, optimisé sous chrome.


aeroplane

7feetunder

Partagez | .
 

 feel the pressure.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité



MessageSujet: feel the pressure.   Lun 23 Juin - 14:15


DIVNA - VITO
rédaction vogue paris, divna's office

~


Vito ne savait pas encore très bien ce qui l'attendait. Enfin si, on lui avait donné quelques détails par téléphone mais il supposait qu'il en apprendrait bien plus une fois face à celle qu'il devait retrouver en ce lundi matin, ici, à la rédaction de Vogue Paris. Divna, ou cette femme puissante qui l'impressionnait autant qu'elle lui inspirait de la crainte. Ah ça, pour effaroucher Vito, la belle savait y faire. Et l'argentin n'avait pas le souvenir de s'être un jour senti réellement à l'aise en sa présence, sans doute parce que Divna lui faisait toujours très bien comprendre qu'elle savait ce qu'elle voulait ... et ce qu'elle voulait, c'était lui apparemment. Oh certes c'était flatteur, ça l'était assurément mais, il n'était tout bonnement pas intéressé. Du moins, c'est ce qu'il avait rétorqué à chaque fois qu'elle lui avait fait des avances, car c'était bien plus simple comme ça après tout. Prétendre qu'il demeurait insensible à ses charmes, c'était pour le moins culotté mais il pensait qu'après ça, au moins, elle n'insisterait pas d'avantage. C'était cependant bien mal la connaitre. Vito se retrouvait donc dans une sorte d'impasse, aujourd'hui. Il savait que ce ne serait vraiment pas dans son intérêt de contrarier madame, dans ce milieu elle avait une influence certaine, ça, même les moines tibétains ne pouvaient l'ignorer. Mais devait-il pour autant lui donner ce qu'elle voulait ? Et lui, était-il sûr de ne pas vouloir la même chose, au fond ... non il ne l'était pas, mais c'était sans importance, Vito avait des principes, cette façon de faire n'était pas la sienne et il ne l'avait jamais gardé pour lui. Il n'avait pas hésité bien longtemps après qu'elle lui eut demandé de passer à son bureau, au point où il en était de toute façon, il pouvait bien écouter ce qu'elle avait à lui dire. Et puis, il n'avait pas le couteau sous la gorge non plus. Se sachant attendu Vito s'était employé à arriver à l'heure, ponctuel comme à son habitude. Très vite, il s'était retrouvé dans ce grand bureau avec, en face de lui, Divna dont le regard ne cessait de le détailler. Et toujours ce même sourire aux coins des lèvres. C'était un peu gênant, il avait dans ces moments-là la désagréable sensation d'être convoité tel un morceau de viande. Depuis le temps il pensait qu'il s'y serait habitué, mais en fait, pas vraiment. « Si tu pouvais en venir au fait. » Vito sentait bien qu'elle mourrait d'envie de lui dire quelque chose, seulement, il espérait qu'elle ne ferait pas trop longuement durer le suspens. Il lui faudrait aller rapidement à l'essentiel, car un après-midi des plus chargés attendait l'argentin, il ne pourrait pas s'éterniser ici. « J'imagine que tu ne m'as pas demandé de venir pour contempler la déco. » ajoutait-il en essayant de ne pas paraître trop froid non plus, mais avec cette absence de gaité qui le caractérisait. Elle finirait bien par cracher le morceau, n'est-ce pas. Vito de son côté ne pouvait pas s'empêcher de se méfier ... que mijotait-elle, ah ça, il lui tardait de le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: feel the pressure.   Lun 23 Juin - 18:27

sentir la pression
divna, vito
Ce matin, je me suis levée tôt. Des paquets m'attendaient chez A.R.C et Chloé. Très important, un cadeau pour Eve, et l'autre pour moi. Confortablement installée dans ma berline Mercedes, mon téléphone sonne, alors qu'il est à peine huit heures quarante. « Non, je vous dis non, je ne veux pas du noir, je veux pas du mauve, ni du bleu marine. C'est l'été, du orange, du bleu clair, du rouge, écoutez. Les teintes que vous me proposer sont ignobles. Refaites tout, je veux les nouveaux échantillons demain matin dans mon bureau. » Et je raccroche, comme ça, ils comprennent bien. « Nous sommes arrivés Mademoiselle Divna. » « Merci Patrick. » On vient m'ouvrir la porte et je descends avec mes sacs. Ma traversée dans le hall est légendaire, comme chaque matin. Les gens se poussent pour me laisser passer. Je prends l'ascenseur seule. Tous mes charmants employés me saluent, sans que je ne réponde bien sûr. Je suis particulièrement fière de mes vêtements ce matin. Sweat Theory, les talons et la jupe en cuir Proenza Schouler, les lunettes de soleil Karen Walker sans oublier les bijoux Jennifer Fisher et le petit sac Phillip Lim. C'est de toute classe, de toute beauté. Les portes s'ouvrent et me voilà au magazine. Tout le monde s'active pendant que l'on m'apporter mon café entre les mains et qu'on me débarrasse de mes sacs. « Caroline, mon rendez-vous est-il arrivé ? » Quelle pauvre fille, à chaque fois qu'elle s'adresse à moi, sa voix tremblotte. Elle est en période d'essai. À mon avis, ça va pas durer. « Pas encore, mais.. il ne devrait plus tarder. » « Apporte moi mes messages, et un autre café, celui-ci est froid ! » Je hurle depuis le fauteuil de mon bureau, pur cuir, blanc, comme la majorité du bureau. Tout est décoré comme je l'aime. Très classe, chic, féminin tout en restant distinguée. Un peu de noir, un peu de beige. Parfois du rouge. Je me sens tellement bien ici, avec ma vue sur la rue, depuis cette grande fenêtre. Caroline arrive avec tout ce qu'il me faut. « Je t'écoute. » Je soupire en la voyant, mal habillé, enfin non pas mal, mais démodée. Elle n'est pas sûr d'elle, et on dirait qu'elle, qu'elle cherche à comprendre ce qu'elle a écrit ? « Oui, alors, euh, Demarchelier souhaiterait vous parler au sujet de la soirée Vogue en votre honneur. Tomas Maier et Marco Bizzarri ont laissé un message, ils veulent que vous rappeliez au sujet des pages pub de Bottega Veneta. Oh et, on a un petit souci pour la couv'. » Buvant mon délicieux cappuccino, je suis calme jusqu'à entendre le mot "souci". « Quoi ? » Caroline crispe son visage, hésite puis crache le morceau sous mon regard menaçant. « Igrit Sita nous lâche, elle part en cure de désintox demain matin, son agent a appelé. » Mes yeux se ferment de colère et je pose mes doigts sur mes tempes. Calme, il faut rester calme. « Appelez New Maddison et Ford Models, dîtes leurs de nous envoyer les books de leurs cover girls. Au plus vite. » Mon assistante quitte les lieux, et qui arrive ? Vito Solderaba, cover boy du moment. On se l'arrache. C'est un fait. En le voyant, un large sourire enchanteur se dessine sur mes lèvres. Qu'il est beau. Qu'il est classe. « Si tu pouvais en venir au fait. » Oh mais, c'est qu'il est pressé. Même pas une bise, pas un bonjour ni même comment vas-tu ? « Moi aussi je suis contente de te revoir Vito. » Assise sur mon trône, je l'admire en silence. Mes yeux envoient le même message que les autres fois. Je le veux. Et je l'aurais, un jour. « J'imagine que tu ne m'as pas demandé de venir pour contempler la déco. » « En effet, j'ai quelque chose à te proposer. Je t'en prie, mets toi à l'aise. » Lui dis-je, en indiquant la chaise placée en face du bureau. Moi, je reste debout, et je commence à lui expliquer les choses, en faisant les cents pas. « Comme tu le sais, tu m'as tapé dans l'œil. En ce moment, le mannequinat ça marche pour toi pas vrai ? Pub pour Calvin Klein. Défilé Armani, Saint-Laurent aussi, du moins c'est ce que dit la rumeur. » C'était pas une rumeur, on me l'a confirmé. Je sais tout et j'entends tout dans ce métier, sache-le bien mon coco. « Tu n'es apparu que deux fois dans Vogue Paris, pour Ralph Lauren et la double page Versace d'Avril dernier. Et si cette fois, tu faisais la couv' de Vogue Homme International ? » Le magazine a récemment été remis sur les railles. Un ou deux ans à peine et on cherche à le rendre plus populaire, plus incontournable. Avoir un mannequin comme Vito Solderaba en couverture sera non seulement un coup de pouce pour sa carrière, mais aussi une bonne publicité pour le magazine.


Dernière édition par Divna Antigny le Mar 24 Juin - 0:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: feel the pressure.   Lun 23 Juin - 23:29

Que pouvait-elle bien lui vouloir ... à priori, elle ne tarderait pas à lui révéler pourquoi elle l'avait convié à son bureau ce matin. Ce qu'elle avait à lui dire devait être important, sinon, elle se serait sans doute contentée d'un appel téléphonique. Du moins, c'est ce qu'il pensait. Or, il avait simplement eu son assistante au téléphone la veille pour fixer ce présent rendez-vous et qui ne lui avait donné que peu de détails, alors maintenant qu'il était face à elle, autant lever le voile. Vito était un homme patient de nature, mais avec Divna, il ne savait jamais à quoi s'attendre mais il savait en revanche à quel point elle pouvait se montrer imprévisible parfois. Quoi qu'il en soit, il voulait être fixé, et visiblement, c'était une question de secondes à présent avant qu'il ne le soit. Elle l'invita à prendre place, ce qu'il fit, avant d'évoquer sa situation, et le fait que sa carrière pouvait difficilement se porter mieux, lui qui enchainait effectivement depuis quelques temps les gros contrats, avec de prestigieuses maisons. La rumeur disait bel et bien vrai, ce n'était plus vraiment un secret pour qui que ce soit que Vito avait le vent en poupe, et Divna était bien placée pour le savoir, elle qui n'ignorait rien, surtout pas le concernant. Il confirma donc ses dires. « C'est juste. » Et il n'allait pas à s'en plaindre, loin de là. Il suffisait d'écouter Divna énumérer ces grands noms de la mode, pour se rendre compte que le mannequinat lui réussissait en effet très bien dernièrement. Tout n'avait pas toujours été évident mais aujourd'hui, on ne pouvait espérer mieux que tout ce qui se trouvait déjà à la portée de l'argentin. C'est alors qu'elle lui fit une proposition des plus alléchantes : faire la couverture de Vogue Homme International, ah ça pour une surprise ... « Dit comme ça, c'est vrai que c'est très tentant. » Alors pourquoi avait-il donc tant de mal à s'en réjouir ? Et bien, parce qu'il se posait des questions quant aux véritables motivations, et intérêts de Divna dans tout ça. Il comptait donc sur elle pour l'éclairer à ce sujet. « Mais tu as forcément une idée derrière la tête, je me trompe ? » Car Vito doutait qu'elle puisse lui proposer cela gratuitement, elle qui jusqu'ici avait exigé beaucoup de lui ... sans jamais obtenir ce qu'elle souhaitait. Il ne pouvait pas croire que cette fois-ci, elle se montrerait aussi généreuse sans rien attendre en retour, non, ça ne lui ressemblait tout bonnement pas voilà pourquoi il se méfiait d'autant plus, maintenant qu'elle lui avait exposé les projets qu'elle avait pour lui. C'était bien beau tout ça, mais lui, que devrait-il faire pour que cela se concrétise ? Il y avait un mais, Vito en était persuadé. « Je te connais trop pour croire que tu n'exigeras rien en retour. Alors, je suis tout ouïe, qu'attends-tu de moi ? » Qu'au moins elle lui dise ce que tout ceci cachait, il s'estimait en droit de le savoir. Bien sûr, c'était une formidable opportunité, il était partant pour faire cette une, mais pas si cela devait le mener à céder aux éternels caprices de la Antigny. Vito n'était pas désespéré, à moins qu'elle ne décide subitement de le pourrir dans toute la profession, il ne pensait pas que renoncer à faire cette une compromettrait grandement sa carrière déjà bien lancée. Mais si elle lui garantissait que ça ne lui demanderait pas d'aller à l'encontre de ses principes, alors, c'était évidemment envisageable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: feel the pressure.   Mar 24 Juin - 1:43

sentir la pression
divna, vito
Attendant sa réponse, je me retourne vers lui, tout sourire. Mes dents blanches se voient trop. Il est si charmant, si beau, ténébreux. Qu'il doit attirer les femmes. En tout cas moi il m'attire beaucoup. Je le veux, mais je devrai la jouer subtil. « Dit comme ça, c'est vrai que c'est très tentant. » Ah, Vito Solderaba mort à l'hameçon. En même temps, qui refuserait une telle proposition. « Mais tu as forcément une idée derrière la tête, je me trompe ? » Mannequin mais pas con le type. Bien sûr que je veux quelque chose de lui, mais mon action profite à tout le monde en fin de compte. Vogue Homme vend plus d'exemplaires, Vito étoffe sa carrière et moi, je le vois plus souvent. Mais ça, il ne faut pas trop le lui montrer. Mon sourire sournois fait surface et je vais m'installer sur mon grand fauteuil d'impératrice. Comme je me sens puissante assise dessus. Je le regarde droit dans les yeux, un rictus au coin des lèvres. « Je te connais trop pour croire que tu n'exigeras rien en retour. Alors, je suis tout ouïe, qu'attends-tu de moi ? » Vito est direct, ça, on ne peut pas le nier. « Chéri, tu ne sais rien de moi. C'est bien ça le problème. Nous devrions apprendre à nous connaître. Et je suis sûre qu'en t'offrant la possibilité de travailler chez Vogue Homme, nous serons amener à nous voir plus souvent. » Je sors quelques dossiers sur la prochaine couverture, idée, possibilité et salaire. « La productivité est semestriel. Le numéro sort en septembre. Je connais très bien le rédacteur en chef. C'est notre première collaboration et je souhaite l'impressionner. Avec toi, c'est gagné. Nous ne sommes qu'en Juin, mais il faut penser à l'avenir. » Ça ne suffira peut-être pas. Je vais peut-être moi aussi devoir me montrer direct. « Et rassure toi, nous n'allons pas coucher ensemble pour que tu obtiennes ce travail. Nous coucherons ensemble parce que tu en auras envie. » Quelle prétentieuse. Enfin, pas tellement. C'est vrai. Il ne peut pas me trouver repoussante. Je suis irrésistible, voyons. Je suis sûre qu'il ne serait pas contre. Il suffira de pas grand chose je pense. Nous verrons bien. Mais cet homme je le veux, au moins une fois. Savoir quelle saveur exquise il peut avoir. Du calme, je m'emballe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: feel the pressure.   Mar 24 Juin - 18:10

Vito ne pensait pas être particulièrement intelligent, en revanche, il l'était bien assez pour ne pas se laisser berner comme un bleu. Divna, jusqu'ici, avait été très claire quant à ce qu'elle attendait de lui. Alors cette proposition, aussi alléchante était-elle, cachait forcément des intentions toutes autres que celles de vouloir simplement booster sa carrière, et les ventes du magazine. Vito était intéressé, bien sûr, mais il ne donnerait son accord que si elle lui assurait sur le champ qu'elle n'espérait rien qu'il ne lui ait déjà refusé dans le passé. Car depuis le temps, l'argentin avait conscience de l'effet qu'il pouvait lui faire, or il n'était pas question de lui donner ce qu'elle voulait sous prétexte que personne ne lui disait jamais non. Lui l'avait fait, et il continuerait de le faire, sans problème si elle décidait d'insister de nouveau. Alors oui, pour lui c'était clair, miss Antigny avait une idée derrière la tête. Il attendait maintenant d'elle qu'elle lui révèle son plan, le vrai. Mais elle semblait au lieu de ça décidée à lui prouver qu'il ne la connaissait pas aussi bien qu'il le pensait. Comme c'était commode, et lui était donc censé gober ça. Le meilleur arriva cependant ensuite : selon elle, ils ne coucheraient pas ensemble pour qu'il ait le job, mais parce qu'il en aurait autant envie qu'elle. Vito était toujours aussi surpris de voir à quel point elle donnait dans la prétention, et croyait que tout était acquis pour une femme de son rang. « T'es incroyable, toi, tu t'accroches à ce que je vois. » Il avait beau l'avoir repoussée à plusieurs reprises, renoncer à lui ne semblait pas faire partie de ses projets. Sa façon de faire n'était pas la bonne, quand le comprendrait-elle ? Vito était un homme, et les hommes disaient rarement non aux belles femmes. Mais celles qui se montraient trop entreprenantes avaient le don de faire fuir l'argentin, franchement si depuis le temps elle ne l'avait toujours pas saisi... ça n'était pas faute de le lui avoir dit, pourtant. « C'est d'accord pour Vogue Homme, dis à ton gars qu'il peut compter sur moi. » Car mine de rien, ce travail l'intéressait beaucoup, et il n'avait pas particulièrement envie de passer à côté. « Je n'ai rien contre le fait d'apprendre à te connaitre. Si tu ne me sautes pas dessus à la première occasion, ça va sans dire. C'est dans tes cordes, tu penses ? » Vito était disposé à croire que Divna gagnait à être connue, mais il ne voulait pas qu'elle se mette en tête que maintenant, parce qu'ils allaient se voir plus souvent tous les deux, elle pourrait en profiter pour essayer de lui mettre deux fois plus le grappin dessus. Non, évidemment, ça ne serait pas aussi simple.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: feel the pressure.   Mer 25 Juin - 0:52

sentir la pression
divna, vito
« T'es incroyable, toi, tu t'accroches à ce que je vois. » Bien sûr que je m'accroche. Renoncer, ce n'est pas dans mes habitudes. Il devrait le savoir. « Jusqu'à obtenir ce que je veux, oui. » Peut-être un peu trop provocateur cette phrase. Oh, il a l'habitude maintenant. Notre entretien a finalement mené à quelque chose. Une belle opportunité pour Solderaba. « C'est d'accord pour Vogue Homme, dis à ton gars qu'il peut compter sur moi. » Et curieusement, ne rien y gagner immédiatement, ne me dérange pas. Enfin, rien, pas tout à fait. « Je n'ai rien contre le fait d'apprendre à te connaitre. Si tu ne me sautes pas dessus à la première occasion, ça va sans dire. C'est dans tes cordes, tu penses ? » Ils sont fous les gens. Je sais me contrôler tout de même, mais c'est amusant de laisser croire le contraire. Je me lève une fois de plus, pour venir auprès de Vito. Mon charmant popotin s'appuie sur le rebord de mon bureau, et une fois de plus. Encore et toujours, je souris à cet homme. Chaleureuse. « Ça va être dur, mais je te promets d'essayer. » Lui dis-je, ricanant avec humour Je l'apprécie plus que ce que j'aurais cru. Un mannequin avec des principes, c'est rare. Il n'est pas comme les autres. Ceux qui ne pensent qu'à la gloire, au luxe et à la défonce. C'est rassurant. Le succès ne lui monte pas à la tête. Je ne l'envie pas, je suis trop bien comme je suis. Ne me critique pas. « Je vais dire à Olivier que tu es d'accord. Je le convaincrai d'appeler ton agent, et nous nous reverrons en Aout pour signer le contrat. Connaissant Peter Simon, il va être fou de joie, et m'envoyer des fleurs. » Le directeur de New Madison est un ami à moi. Un vieil ami, mais personne ne le sait vraiment. On s'est caché, comme avec les autres. Tu vois, je connais beaucoup de monde. « Je sens que ce numéro va être un véritable succès. Et n'aie pas d'inquiétude, tu ne seras pas nu, malheureusement. » Je me relève aussitôt, commençant à marcher dans la pièce vers le petit salon à gauche de l'entrée de la pièce, un long canapé y est installé. Je m'y prélasse quand il est l'heure du caviar et des blinis. « Tu viens à la soirée Vogue Paris vendredi prochain, c'est en mon honneur. » Quel plaisir de dire ça, je ne m'en lasserai jamais. Ja-mais. L'appel est trop fort, et je m'allonge, en tournant la tête vers lui, toujours assis sur sa chaise.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: feel the pressure.   Jeu 26 Juin - 0:07

Elle semblait absolument persuadée de pouvoir obtenir ce qu'elle voulait, mais Vito la trouvait un peu trop confiante, ça risquait de lui jouer des tours. Les belles femmes ne pouvaient pas toujours avoir ce qu'elles convoitaient, c'était ainsi, et l'argentin n'était pas de ceux que l'on avait facilement en plus de ça. Surtout pas avec de tels sous-entendus, Divna avait beau la jouer subtile, il faut croire que ça n'était toujours pas suffisant. Alors de là à obtenir ce qu'elle voulait, oui peut-être, mais alors pas de lui ... ça avait l'air plutôt mal parti, et il semblait de plus en plus évident qu'elle n'adoptait pas la bonne stratégie. Vito se retint alors d'ajouter "c'est beau de rêver", car il souhaitait éviter de la froisser alors qu'elle lui proposait quelque chose d'assez énorme tout de même - une prestigieuse couverture, celle de Vogue Homme, autrement dit c'était le genre d'opportunité à ne pas laisser filer. Il était partant pour la faire, cette couv', tant qu'ils pouvaient travailler ensemble sans que ça ne dérape. Oui il préférait s'assurer que miss Antigny saurait se tenir, c'était presque une condition qu'il lui imposait en fait. D'après elle ça allait être dur, mais elle essaierait. Il était heureux de l'entendre. « Je te remercie. » Il aimait croire qu'elle tiendrait parole, même s'il n'était pas bien sûr de la valeur de ses promesses. Bien, ils signeraient donc un contrat en aout si tout se passait au mieux. Tout était plus ou moins réglé, et pour le reste il la laissait effectivement voir ça avec son agent, ça ne le concernait plus vraiment. Divna préssentait apparemment un beau succès pour ce numéro, en revanche, elle déplorait le fait que Vito n'y apparaîtrait pas nu. Quel dommage, en effet. Cette remarque le fit sourire. « La seule et unique fois où tu aurais pu m'admirer dans le plus simple appareil ... » Vito avait toujours refusé de poser nu, quand on avait tenté de le lui imposer, il avait eu le dernier mot. Toujours. Même si ici, il n'était pas difficile de deviner à quoi il faisait allusion exactement. Divna fit ensuite référence à la soirée Vogue Paris, à laquelle Vito était d'ailleurs convié en tant que v.i.p. Un honneur pour l'argentin, et un évènement auquel il fallait absolument répondre présent. « Bien sûr, il faudrait être fou pour ne pas y aller. » Et fou, Vito ne l'était pas. Du moins, pas au point de manquer une soirée comme celle-ci pour une raison aussi obscure qu'elle serait idiote. « C'est pas pour toi que j'y vais, j'estime que je te vois bien assez souvent comme ça. » lâcha-t-il alors, assez froidement. Il n'était même pas sûr de le penser, mais il voulait éviter qu'elle se mette en tête qu'il répondrait présent rien que pour avoir le plaisir de l'admirer dans une superbe robe moulante toute une soirée. Franchement, ça, il pouvait d'ors et déjà le faire ici, et maintenant. « Tiens, il va falloir que je trouve avec qui m'y rendre. Remarque, les belles filles sortables, ça n'est pas ce qui manque dans mon entourage. » Et il avait bien un nom en tête, là, tout de suite. Non, non, loin de lui l'envie de la rendre jalouse. Il en fallait sans doute bien plus pour éveiller en elle ce genre de sentiments ... à moins que ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: feel the pressure.   Jeu 26 Juin - 16:41

sentir la pression
divna, vito
« Bien sûr, il faudrait être fou pour ne pas y aller. » Absolument. Car il s'agit là de l'évènement de ce début de saison. Tous ceux qui y participeront seront bien vus. Si par malheur vous ne pouvez pas y assister, c'est que dans notre monde, vous n'êtes rien ni personne. « C'est pas pour toi que j'y vais, j'estime que je te vois bien assez souvent comme ça. » Oh, quelle culot. Et il me dit cela sans gêne. Directement. J'expire, vexée. C'est en mon honneur que le tout Paris va se réunir, oui bon aussi pour Vogue, mais comme l'a si bien dit mémé Labonair : Vogue, maintenant, c'est toi. Que Dieu bénisse les paroles de cette femme car elle avait raison. « Tiens, il va falloir que je trouve avec qui m'y rendre. Remarque, les belles filles sortables, ça n'est pas ce qui manque dans mon entourage. » Écoute le parler lui. J'entends enfin un Vito qui me plaît. Le prétentieux. « Oh mais serait-ce de la prétention que j'entends là ? » Rétorquai-je avec espièglerie. Essayerait-il de me rendre jalouse ? Non, tout de même. Dans quel but ? Il me repousse si discrètement, qu'il ne peut pas s'attendre à ce que je me laisse envahir par ce sentiment stupide. Je ne peux m'empêcher de rire en le regardant d'un œil amusé. Subitement, je fais un bon et me revoilà debout, sur mes Proenza Schouler. « Tu veux un conseil ? Une mannequin, c'est trop banal. Une inconnue ? Sans intérêt. Ce qu'il te faut, c'est un visage nouveau, particulier, qui attirera le regard et la jalousie de tous. Ton arrivée sera remarquée. » Pourquoi lui venir en aide ? Je l'ignore. C'est peut-être son charme fou qui influence mes actions. Contrat important, conseil sur son image. Je me montre généreuse avec lui. J'espère qu'il en est conscient. « Cette soirée sera aussi l'occasion pour moi de présenter ceux que je juge êtres, les grands de demain. Les personnes à suivre de près si tu préfères. Et pour moi, tu en fais partie. Donc, lorsque je prononcerai mon discourt, tu devras être à mes côtés. » Posant une main sur son épaule. Nous avons un contact, mais très bref, je la retire aussitôt pour retourner m'asseoir à mon bureau. « Comme tu dois le savoir, mes compliments valent de l'or. » Mon influence sur le monde de la mode est grand, depuis que je suis rédactrice en chef de vogue. Après tout, nous faisons et défaisons la mode par ici, en collaboration avec les créateurs. Nous décidons de ce qui est tendance ou dépassé. Vogue c'est la bible. La référence.  
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: feel the pressure.   Mar 1 Juil - 0:55

Si Vito allait se rendre à l'évènement dont tout le monde parlait depuis des semaines déjà ? C'était une évidence, il y était convié, pourquoi ne pas s'y rendre. L'argentin savait où étaient ses intérêts, même s'il avait atteint une certaine notoriété aujourd'hui il était toujours bon d'aller à ce type de soirées quand elles étaient organisées. Cela lui permettait de se montrer, et ainsi de prouver à toute cette élite que mine de rien, même s'il restait très discret, il aimait le monde dans lequel il évoluait et également côtoyer ceux qui en faisaient partie. Divna serait bien évidemment de la partie elle aussi, mais après tout, il aurait difficilement pu en être autrement. Vito tenait à ce qu'elle sache qu'il ne s'y rendrait pas pour elle. Hm ça aussi, c'était assez évident en fait mais au cas où, le préciser n'était pas un mal. Il semblerait que ces quelques mots aient réussi à la vexer, mais Vito sans forcément s'en ficher, décidait de ne pas y prêter réellement attention. Il savait de toute façon en lui faisant savoir une telle chose, que ça ne lui ferait pas grandement plaisir. Quoi qu'il en soit, il lui faudrait trouver rapidement quelqu'un pour l'y accompagner. Il pensait à une jeune femme en particulier, mais rien ne pouvait lui assurer que la demoiselle en question dirait oui. Déjà fallait-il qu'il ose lui en faire la demande, et Vito n'en avait pas l'air comme ça, mais c'était un garçon assez timide. En revanche, prétentieux, il ne l'était pas. « Comment ? allons très chère, j'ai sans doute beaucoup de défauts mais pas celui-là. Non, à vrai dire, il y a bien quelqu'un de prétentieux dans ce bureau mais ce n'est pas moi ... » Oh, venait-il d'insinuer ... eh bien oui, mais il n'en avait même pas honte. Divna était quelqu'un d'affreusement prétentieux, ça n'était plus un secret pour personne. Malgré tout, il acceptait toujours un conseil quand ce dernier lui était donné par quelqu'un qui savait de quoi il causait. Et c'était assurément le cas de Divna. Pour ce qui était de dénicher une jeune femme qui en ferait jalouser plus d'une, il avait bien une idée. « Je sais qui. Crois-moi, on nous remarquera. » S'il allait bel et bien à cette soirée avec celle qu'il rêvait d'y emmener, alors oui, tout portait à croire que tous deux ne passeraient pas inaperçus. C'est alors qu'elle vint poser une main sur son épaule. Ce contact n'était pas dérangeant, il était ... un peu perturbant, par contre. Vito n'était pas bien sûr de ce que ça lui inspirait. « C'est ... gentil. » De parler de lui comme d'une personne à suivre de près, en effet, il y avait plus désagréable association que celle-ci. « Est-ce que tu as encore besoin de moi ? Je veux dire, j'ai un emploi du temps serré et, en l'occurrence pas mal de choses de prévues pour cet après-midi. » Un shooting, notamment, et il était évidemment exclu qu'il y arrive en retard. Non, ça n'était pas dans les habitudes de Vito, bien trop professionnel pour prendre la ponctualité au-dessus de la jambe. « Ne crois pas que je cherche à prendre la fuite, ou quoi ... J'appréhendais presque ce petit tête-à-tête mais au final, ça s'est plutôt bien passé, non ? » Il l'avait déjà vue à l'oeuvre, entreprenante, déterminée. Il avait eu un peu peur qu'elle ne retente sa chance avec lui aujourd'hui, mais le fait est que Divna avait su se tenir, du moins, jusqu'ici Vito n'avait pas à s'en plaindre. Elle restait Divna, malgré tout, mais aussi étonnant que cela puisse paraitre, il n'avait pas détesté ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: feel the pressure.   

Revenir en haut Aller en bas
 

feel the pressure.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ~ i feel like my life is flashing by and all i can do is watch and cry
» MAC Temperature Rising Collection - Mai 2013
» That's not about who you are, but how you feel. Ft. Erin Darjeeling
» Can you feel the love tonight? ∞ Leviya
» Vous attendez JoJolion? Feel the Hype then!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MODELS :: Au boulot ! :: rédactions de magazines :: Vogue Paris-