AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Elle se déhanche, bouge doucement sur une musique qui maintenant enivre nos journées. Pourtant on s'en balance bien de la Valentina, de son escapade à Rome et de ses désirs de dolce vita, Elle vit dans nos crânes, avec son petit sourire mutin. It's wonderful, c'est comme ça. Depuis qu'on est gosse, on grandit à travers des spots publicitaires, des affiches aussi grandes que nos mères, fasciés brillant sur les immeubles parfois gris de Paris. On sifflote la musique de la dernière pub à la mode, inconsciemment pris dans l'engrenage, c'est qui ce type déjà ? Paolo Conte ? Si efficace. On rêve de liberté, de femmes modernes, du pantalon de Coco Chanel à la jupe asymétrique qu'on trouve dans n'importe quelle boutique de prêt-à-porter. Parce qu'il y a cette femme, dans notre dernier Vogue qui la porte tellement bien, et ce parfum, dieu ce parfum, si Hermès a l'air si sauvage, si libre, alors notre homme le sera aussi. Ce serait si beau, n'est-ce pas, d'être cet homme-là ? On les désire, férocement. Cet homme, cette femme. C'est l'histoire, d'une perfection calculée à la mèche près, la notre, la votre.


17400
14000
35100
models © 2013/14, toute copie partielle ou intégrale est prohibée, optimisé sous chrome.


aeroplane

7feetunder

Partagez | .
 

 somewhere only we know. (samson)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité



MessageSujet: somewhere only we know. (samson)   Sam 21 Juin - 23:38

c'est bien la première fois que tu te retrouves à parler à un inconnu sur internet, et encore pire, à t'y attacher. à l'apprécier. ça ne te ressemblait pourtant pas, ce genre de rencontre virtuelle. et pourtant, te voilà à attendre un inconnu dans un bar, vêtu d'une marinière et d'un jean comme tu lui avais précisé. peut-être que tu allais faire face à un meurtrier. ou un violeur en série. ou à un psychopathe. ou... bref. tu ne savais pas du tout à quoi t'attendre, et c'était plutôt angoissant. toi qui d'habitude n'était pas un homme stressé, il fallait dire que tu appréhendais cette rencontre. peut-être que ça allait être une grosse déception, après tout. dans tous les cas, en attendant, tu commandes une bière tout en tapotant nerveusement tes doigts sur la table en bois.   


Dernière édition par Lou Flores le Dim 22 Juin - 16:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Samson Lynch
avatar



Avatar : FELIX BUJO.
Crédits : AEROPLANE.
Messages : 785
Nationalité : AUSTRALIEN.
Réputation : 1329

MessageSujet: Re: somewhere only we know. (samson)   Dim 22 Juin - 13:47

Il était vingt heures passées, et pour tout vous dire, je n'avais toujours pas trouvé le moyen de me décider sur mes vêtements. Je n'étais pourtant pas ce genre de garçon qui passait des heures et des heures à soigner son look juste pour un simple rendez-vous. Ou peut-être l'étais-je au final ? Oh. Non. Toujours est-il que je ne voulais pas devenir ainsi, et c'était pour cette raison que j'avais fini par rassembler les premiers bouts de tissus qui me passaient sous les mains. Bon, l'assemblage n'était pas franchement des plus réussis et cela devait probablement se lire sur ma moue désespérée. M'enfin, voilà, j'étais fin prêt à affronter le monde extérieur, à rencontrer ce gars que je mourrais d'envie de voir depuis la première seconde où j'avais commencé à lui parler. Je n'avais aucune idée de son visage ni de qui il pouvait bien être. A vrai dire, il ne me semblait même pas avoir demandé un quelconque signe ou manière de le reconnaitre, ce qui en y repensant, était bien stupide lorsque l'on savait que je m'apprêtais à me jeter dans une foule d'inconnu... pour justement rencontrer une personne que je n'avais jamais vu auparavant. Tant pis, j'irai au talent. J'avais donc grimpé sur mon vélo, traversé quelques pâtés des maisons avant d'arriver au bar désigné. Autant vous dire qu'un pic de stresse s'était peu à peu emparé de mon corps. C'était plutôt désagréable, même, j'avais la nette impression que l'on me creusait une seconde voie intestinale, hm. J'avais tout de même réussi à pousser la porte, mes prunelles océans détaillant la foule. Le bar se situait non loin de là, et c'était tout naturellement que je l'avais rejoint. J'étais distrait, occupé à regarder la foule, comme pour deviner un signe trompeur, si bien que je n'avais remarqué qu'après la présence à mes côtés. C'était ce gars, là, que j'avais pu croiser lors d'un shoot. Un homme qui ne m'avait pas laissé une très bonne impression de par ses remarques désobligeantes. Hésitant quelques instants, j'avais fini par lâcher, accompagné de tout mon dédain possible -c'est à dire, presque aucun- « Tiens, t'es venu noyer ta conscience ? » J'aurais aussi bien pu éviter de lui parler, cela dit, vu comme le courant était passé la dernière fois, hm. « T'en fais pas va, je ne suis pas là pour toi. » Ou du moins, c'était bien ce que je croyais. Ahlala, si seulement j'avais su.

_________________

    You are my sweetest downfall, I loved you first. Beneath the stars came fallin' on our heads But they're just old light. Your hair was long When we first met. Samson came to my bed, Told me that my hair was red. He told me I was beautiful And came into my bed.


Dernière édition par Samson Lynch le Dim 22 Juin - 16:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: somewhere only we know. (samson)   Dim 22 Juin - 14:36

d'habitude tu n'es pas aussi nerveux, tu ne sais pas ce qu'il te prend. tu places tellement d'espoir dans cette rencontre que tu as peur d'être déçu. et alors que tu tournes la tête toutes les 2 minutes vers la porte d'entrée du bar pour voir qui y entrait, tu te demandes si ce n'était pas mieux de mettre les voiles. de fuir, tout simplement. ça serait plus simple, oui. tu n'aurais pas à le rencontrer, et personne ne serait déçu. mais tu n'es pas un lâche, lou. loin de là, même. tu préfères affronter la réalité, quitte à faire face à une déception. c'était la vie, après tout, n'est-ce pas ? malgré tout le respect que tu avais pour edith piaf, tu ne voyais pas toujours la vie en rose, hm. bref. tandis que tu attends, encore et toujours, stressé, on t'adresse la parole. tu reconnais ce mannequin qui t'avait particulièrement déplu de par son attitude. tes yeux se plissent, tu ne comprends pas pourquoi il t'adresse la parole. tu ne veux pas lui parler, toi. tu ne veux pas que ta vie professionnelle et ta vie personnelle se rejoigne, et encore plus si c'est pour parler avec une personne que tu ne supportes pas. « ma conscience va très bien, merci. » lances-tu un peu plus sèchement que tu ne le voudrais. après tout, tu n'avais aucune raison de lui être agréable. si tu te retrouvais à devoir travailler avec lui de nouveau, ça ne changerait rien. les photographes étaient tes patrons, pas les mannequins. « encore heureux. » tu rajoutes distraitement en jetant un coup d'oeil à ta montre, puis vers la porte. les minutes passaient, et toujours personne. il fallait sûrement se faire une raison, tu n'allais pas voir la vie en rose ce soir. tu finis d'une traite ta bière, pour en recommander aussitôt une autre.
Revenir en haut Aller en bas
Samson Lynch
avatar



Avatar : FELIX BUJO.
Crédits : AEROPLANE.
Messages : 785
Nationalité : AUSTRALIEN.
Réputation : 1329

MessageSujet: Re: somewhere only we know. (samson)   Dim 22 Juin - 16:20

Une chose était sûre, il n'était clairement pas la personne que je m'attendais à trouver ici. A vrai dire, il n'était même pas l'une des personnes que j'avais envie de voir. Je ne savais pas trop pourquoi nous étions partis du mauvais pied cela dit. Il avait été plutôt désagréable, et je n'avais donc pas fait l'effort de passer au dessus. Cela dit, il ne m'avait pas non plus donné envie de voir plus loin, à mes yeux il n'était que le pauvre imbécile d'un de ces shoots passés. Et croyez moi, il n'était ni le premier, ni le dernier à entrer dans cette catégorie. Pour autant, je restais poli, et je me sentais dans l'obligation de démarrer une quelconque conversation, bien que l'envie n'était clairement pas poussée à son maximum. De toute façon, il me fallait une occupation pour tuer le temps, et il était là où il ne fallait pas présentement, alors pourquoi ne pas en profiter. Cela dit, sa froideur pouvait clairement se ressentir à des kilomètres. Sa conscience allait donc très bien, c'était probablement pour ça qu'il était littéralement entrain de se noyer dans ce qui devait être son troisième verre. Il ne répond qu'à peine à mes quelques mots, et je finis par me désintéresser de lui, reportant mon attention sur la foule, histoire de repérer mon fameux rendez-vous. Peut-être étais-je en retard ? Pourtant, j'avais souvent tendance à arriver en avance, hm. Voyant que le garçon jetait un coup d'oeil à sa montre, je me mets à sortir mon portable pour vérifier l'heure. Non, j'étais bel et bien dans les temps. Peut-être m'avait-il posé un lapin au final, ce qui ne m'étonnerait pas des masses, puisque j'étais bien le genre à me faire avoir de la sorte. Je décidais donc de lui écrire un sms, car si je n'avais jamais entendu sa voix jusqu'ici, un simple message n'avait jamais fait de mal. « Je suis arrivé, je t'attends au bar. Qu'est ce que tu portes ? » Me mordant la lèvre inférieure, je passais une main dans ma barbe naissante, tout en m'accoudant au bar. « Une bière s'il vous plait. » avais-je finalement décidé de commander.

_________________

    You are my sweetest downfall, I loved you first. Beneath the stars came fallin' on our heads But they're just old light. Your hair was long When we first met. Samson came to my bed, Told me that my hair was red. He told me I was beautiful And came into my bed.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: somewhere only we know. (samson)   Dim 22 Juin - 17:16

Les mannequins et toi, vous ne faites pas partis du même monde. Du moins, c'est l'impression que tu as. Et c'est pourquoi tu préfères rester éloigné d'eux. Ils font leur vie, tu fais la tienne. Il y a peut-être un ou deux mannequins que tu considères comme des amis, mais sans plus. Tu les respectais, et ça s'arrête là. Enfin, il y en a certains que tu n'apprécies particulièrement pas, comme celui assis actuellement à tes côtés. Tu ne te rappelles plus de ce qu'il a fait, de ce qu'il a dit, mais tu te rappelles qu'il t'avait mis de mauvaise humeur. Mais ça n'a aucune importance, de toute manière, il n'a aucune importance. Tu n'es pas là pour lui, et encore moins pour faire ami-ami avec quelqu'un que tu n'aimais pas. Toi tu attendais ton rendez-vous avec ton inconnu. Ton rendez-vous qui n'avait pas l'air d'arriver, hm. Tu savais bien que tu n'aurais pas dû porter tant d'espoir dans cette rencontre, tu t'étais fait avoir, comme d'habitude. Tu ne vérifies même plus la porte d'entrée ou l'heure, en fait. A côté de toi, tu vois le mannequin hautain pianoter sur son téléphone, et au même moment ton iPhone vibre dans ta poche. Tes sourcils se froncent, alors que tu jettes un coup d'oeil à ton téléphone pour lire le message que tu viens de recevoir. Et là, tu comprends. Toutes les connexions se font dans ta tête, et tu crois que tu aurais préféré ne pas savoir, en fait. « Ah non c'est pas vrai. » tu lâches en te levant de ton siège. « J'ai déjà assez donné de ma personne avec des gens comme toi. Aurevoir. » Tu enfiles ta veste, prêt à partir. Si seulement tu avais su que c'était à lui à qui tu parlais tout ce temps, à qui tu te confiais.
Revenir en haut Aller en bas
Samson Lynch
avatar



Avatar : FELIX BUJO.
Crédits : AEROPLANE.
Messages : 785
Nationalité : AUSTRALIEN.
Réputation : 1329

MessageSujet: Re: somewhere only we know. (samson)   Dim 22 Juin - 21:05

Je n'étais pas un de ces garçons qui acceptaient des rendez-vous à la légère avec des inconnus. Evidemment, j'étais amené à rencontrer pas mal de monde en tant que mannequin, mais ça n'était que professionnellement parlant. Lorsqu'il s'agissait de ma vie privée, je restais quelqu'un de foncièrement méfiant et réservé. Oui, je n'accordais que très difficilement ma confiance au premier venu. Pourtant, avec ce garçon là, tout avait semblé naturel. Il savait comme ma vie avait été compliqué avant même que je ne me lance là dedans. Il savait que tous les mois, je faisais un allé retour en Australie pour apporter des cadeaux à ma mère et mes deux soeurs dans le besoin. Je ne lui avais pas dit mon métier, parce que je ne voulais pas qu'il pense que j'étais de ceux qui ne s'intéressaient qu'à l'apparence. Je ne l'avais jamais vu, et je m'intéressais à lui. Alors forcément, j'en étais venu à stresser. Tout particulièrement parce que je n'avais jamais été aussi à nu devant quelqu'un. Mais il n'était pas là, non, à la place, il y avait cet homme qui semblait me mépriser dès la première où il avait posé ses yeux sur moi. Alors évidemment, j'avais été incapable d'en venir à l'apprécier, non. Finissant de taper mon message, je portais la bière que je venais de commander à mes lèvres, lorsqu'il se levait précipitamment, lâchant qu'il avait déjà donné de sa personne avec des gens "comme moi". Mais de quoi parlait-il ? Nous ne nous étions presque jamais parlés. Par réflexe, ma main avait alors saisi son poignet pour le retenir. « Attends, mais de quoi tu parles ? » Je n'avais aucune idée de ce que je pouvais bien venir de faire pour qu'il se mette dans un état comme celui ci. Et étrangement, mon rendez-vous venait de me sortir de la tête.

_________________

    You are my sweetest downfall, I loved you first. Beneath the stars came fallin' on our heads But they're just old light. Your hair was long When we first met. Samson came to my bed, Told me that my hair was red. He told me I was beautiful And came into my bed.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: somewhere only we know. (samson)   Dim 22 Juin - 21:23

dieu sait que tu n'étais pas du genre à juger dès le premier regard. tu préférais apprendre à connaître la personne avant de te mettre en tête que tu l'appréciais ou non. pourtant avec lui ça avait été différent, lors de ce shooting. il avait dégagé quelque chose qui ne t'avait pas plu, et tu l'avais - à tort, sûrement - automatiquement catalogué comme une mauvaise personne. ou du moins, une personne à mépriser. alors il fallait imaginer ta déception, là, en te rendant compte que l'homme avec qui tu parlais sur internet depuis des mois s'avérait être cette même personne. tu t'étais confié à lui, tu lui avais dit des choses que tu ne disais pas à tout le monde, et te voilà déçu. cette découverte aurait logiquement dû changer le premier avis que tu avais eu sur lui dès que tu l'avais vu au travail, mais en cet instant tu en es incapable. tu n'as pas assez de recul pour ça, et ce mépris inexpliqué que tu as pour ce jeune homme prend le dessus. si bien que tu es prêt à partir de ce bar, sans chercher à en savoir plus. mais ton fameux rendez-vous te retient, n'ayant pas l'air de comprendre. oh, si seulement il savait. tu poses ton regard bleuté dans le sien avant de sortir ton portable pour lui montrer le sms que tu venais de recevoir. son sms. « satisfait ? » toi, en tout cas, tu ne l'étais pas.


Revenir en haut Aller en bas
Samson Lynch
avatar



Avatar : FELIX BUJO.
Crédits : AEROPLANE.
Messages : 785
Nationalité : AUSTRALIEN.
Réputation : 1329

MessageSujet: Re: somewhere only we know. (samson)   Lun 23 Juin - 18:59

Je ne comprenais simplement plus sa réaction. Pourquoi semblait-il d'un coup si pressé de quitter sa place alors que de toute évidence, j'avais arrêté de lui parler depuis quelques minutes maintenant. Ce gars me surprenait décidément un peu trop, et pas franchement dans le bon sens du terme. Cela dit, j'étais prêt à lui laisser le bénéfice du doute, si jamais il en venait à m'expliquer ce qu'il lui prenait. Je n'étais pas franchement habitué à être méprisé par qui que ce soit, à vrai dire, et encore moins par des personnes que je ne connaissais pas. Nous n'avions du nous adresser que quelques mots, et pourtant, il semblerait que ça avait suffi pour qu'il me catalogue d'entrée de jeu. Je ne voulais pas faire amende honorable auprès de lui, puisque j'estimais n'avoir rien à me reprocher, et ce même si j'avais fait quelque chose de mal à ses yeux. Maintenant, voilà qu'il venait de s'envoler, prêt à partir alors que je le retenais une poignée de secondes, plus par réflexe qu'autre chose. Pourquoi semblait-il si énervé ? Il ne tarda pas à dégainer son portable, alors que mes prunelles océan y lisaient « Je suis arrivé, je t'attends au bar. Qu'est ce que tu portes ? » Aussitôt, un rire non retenu s'échappa de mes lèvres. Alors celle là, c'était tout de même la meilleure, on ne me l'avait jamais faite. C'était donc lui, le garçon que j'avais eu envie de rencontrer dès la première seconde. Un homme qui ne pouvait en réalité pas me voir, qui n'en avait même aucune envie. Il savait déjà presque tout de moi, et je connaissais également une bonne partie de sa vie. Pourtant, il semblait s'entêter à me cataloguer, comme si nos centaines de discussions ne changeaient rien. « Alors quoi, parce que tu m'as mal jugé sur un coup de tête, tu vas partir, par fierté ? » repris-je en arquant le sourcil, avant d'abandonner son poignet « Ecoute, si c'est ce que tu veux, pars, je ne te retiendrai pas. Mais on sait tous les deux que ça serait une erreur. » il n'y avait pourtant aucun jugement dans ma voix, il était bien libre de quitter le bar si l'envie lui prenait.

_________________

    You are my sweetest downfall, I loved you first. Beneath the stars came fallin' on our heads But they're just old light. Your hair was long When we first met. Samson came to my bed, Told me that my hair was red. He told me I was beautiful And came into my bed.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: somewhere only we know. (samson)   Lun 23 Juin - 19:49

si divna t'avait appris quelque chose, c'était que toutes les personnes avec un certain pouvoir et une grande notoriété dans le monde de la mode s'en servait à son profit. pour se servir des autres. et automatiquement, ce mannequin t'avait semblé faire parti de ceux-là. de ces gens arrogants, cachant bien leur jeu. pourtant, tu lui avais parlé. beaucoup. et il s'avérait qu'il n'était pas comme ça, parce que sinon, tu n'aurais pas continué à lui parler. mais tu ne sais pas ce qui te prend, tu t'emportes, tu ne veux pas le croire. tu préfères nier que tu as eu tord, tu préfères partir comme le têtu que tu es. mais il te retient, tu lui expliques, et il rit. toi tu ne trouves pas ça vraiment drôle, à vrai dire. tu n'es pas content de cette découverte, mais tu ne sais même pas pourquoi. après tout, tu savais qu'il était un homme bien. il te l'avait prouvé lors de vos longues conversations. il lâche ton poignet, tente de te raisonner, mais tu fais la sourde oreille. tu agis comme un enfant, et sans même un regard tu te diriges vers la sortie. sauf que devant la porte, tu te stoppes. tu te stoppes parce que tu te rends compte que t'agis comme un gros con. un vrai gros, très gros con. alors tu fais aussitôt demi-tour, et tu t'installes de nouveau sur ton tabouret, à côté de ton rendez-vous. « désolé. » tu souffles tout en faisant un signe de main au serveur pour qu'il te serve une nouvelle bière. c'était pas facile pour toi d'admettre que tu avais eu tort, il fallait l'avouer. tu restais un homme avec sa fierté. « peut-être que je me suis trompé à ton sujet. » tu finis par dire en tournant la tête vers lui, déposant tes prunelles grises sur le mannequin. il fallait voir la réalité en face, ton premier jugement avait été le mauvais.



Revenir en haut Aller en bas
Samson Lynch
avatar



Avatar : FELIX BUJO.
Crédits : AEROPLANE.
Messages : 785
Nationalité : AUSTRALIEN.
Réputation : 1329

MessageSujet: Re: somewhere only we know. (samson)   Mar 24 Juin - 18:29

Je finis par lâcher son poignet, parce que j'en viens à me dire que s'il n'a finalement pas envie de me connaitre, c'est qu'il y a une raison. C'est que je ne peux strictement rien y changer. Je devais bien avouer que ça me gênerait plus qu'autre chose, puisque malgré tout, je m'étais attaché à cet homme, à ses histoires, à sa vie. Et de toute évidence, je ne semblais pas aussi déçu que lui de savoir qui il pouvait bien être en réalité. C'était un hasard, un pur hasard et nous ne pouvions décidément rien y faire. Alors peut-être que sa fierté venait d'en prendre un coup oui, et peut-être que tout ceci ne changeait au final pas l'image de base qu'il avait pu avoir de moi. Pourtant, il m'avait dit des choses. Des choses qui ne pouvaient pas être laissées de côté, des paroles qui comptaient à mes yeux probablement autant qu'aux siens. Je le regardais s'évadait, la foule l'aspirant une bonne fois pour toute tandis qu'un long soupir s'échappait de mes lèvres. Je ne pouvais rien y faire. J'eu l'envie de le poursuivre, le temps d'une fraction de seconde, mais il s'agissait là de son choix, et je n'aimais clairement pas imposer mon avis, comme beaucoup se seraient sentis obligés de le faire. Je ne voulais pas lui forcer la main, s'il ne voulait rien avoir à faire avec moi, c'est que ça devait être ainsi. Que c'était son choix. Alors, j'avais porté mon verre à mes lèvres, me replaçant face au bar, prêt à noyer toutes pensées lorsqu'une voix s'était finalement élevée. Désolé. Elle était désolée, cette voix, et mes prunelles azurées avaient presque instantanément viré dans sa direction. Il était là, juste à côté de moi, comme si les dernières secondes ne s'étaient au final jamais écoulées. Il avait donc décidé de faire demi tour ? De me laisser une chance ? Je devais avoir l'air sacrément surpris, là, tout de suite, et pour cause puisque je ne m'étais pas attendu à ça, oui, j'avais plus ou moins déjà fait une croix sur ce rendez-vous. Ses prochaines paroles eurent le don de me tirer un sourire. Peut-être s'était-il trompé oui, et je devais bien avouer qu'entendre ses paroles me réconfortait quelque peu. « Tu sais quoi ? On a qu'à faire comme si c'était la première fois que l'on se croisait. » repris-je en un hochement de tête avant de lui tendre machinalement ma main pour qu'il la serre. « Salut, moi c'est Samson, appelle moi Samy. » mes billes océans ne pouvaient décidément pas s'empêcher de détailler son visage, ne l'ayant jamais vu d'aussi près. Ça m'étonnait qu'il n'ait pas été signé par une quelconque agence. Peut-être était-ce son choix que de ne pas devenir comme ceux pour qui il avait l'air d'avoir autant de mépris. « Je ne t'imaginais pas aussi grand, hm. Mais ça me plait bien. » mes lèvres s'étirèrent un peu plus tandis que je relevais mes manches, histoire de me dégager un peu de la chaleur ambiante. « Tu rencontres souvent des gens, comme ça, ou c'est la première fois ? » parce que clairement, j'étais un novice dans ce domaine.

_________________

    You are my sweetest downfall, I loved you first. Beneath the stars came fallin' on our heads But they're just old light. Your hair was long When we first met. Samson came to my bed, Told me that my hair was red. He told me I was beautiful And came into my bed.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: somewhere only we know. (samson)   Mar 24 Juin - 20:21

Il fallait parfois admettre que tu pouvais avoir tort, même si ce n’était pas facile. Ta première impression avait visiblement était la mauvaise, et te remettre en question n’était pas quelque chose dont tu avais l’habitude. Pourtant tu t’étais bel et bien trompé, et tu t’en rends compte. Et c’est bien pour ça que tu fais demi-tour pour t’installer à côté du jeune homme. Cela faisait un moment que vous vous parliez, et vous vous étiez dit des choses plutôt intimes. Alors tu devais passer outre ce mauvais avis que tu avais eu sur lui lors de votre première rencontre. Parce qu’il s’avérait qu’il était loin d’être l’homme que tu pensais. Il était mieux, bien mieux, et il te l’avait prouvé maintes et maintes fois lors de vos conversations. Dans tous les cas, le mannequin avait l’air surpris de te voir là, après que tu aies pris la fuite. Parce que non, malgré tout, tu n’étais pas un homme qui fuyais. Tu affrontais les choses, tu affrontais la vie. Depuis le début, tu mourrais d’envie de rencontrer cet inconnu, et tu n’allais pas gâcher ça juste à cause de ta fichue fierté. Oh que non. Samy, donc. « Lou, moi c’est Lou. » dis-tu en lui serrant la main, tes lèvres s’étirant enfin en un sourire. Tu l’observes un instant, sans aucune discrétion, détaillant le moindre de trait de ton visage. Il n’y avait pas à dire, il était beau. Après tout, il ne faisait pas la une des magazines pour rien. « Tu m’imaginais en train de faire 1mètres 60, 100kg, et 15 ans de plus ? » demandes-tu en riant, avant de boire une gorgée de ta bière. Après tout, il pouvait s’imaginer tout et n’importe quoi, derrière son écran. Vous n’aviez aucun indice l’un sur l’autre, physiquement parlant. « Je t’imaginais avec les cheveux bouclés, et des yeux moins bleus, et moins de muscles. » rajoutes-tu dans un sourire. Bon, en vrai, tu t’étais imaginé beaucoup plus de chose, pleins de personnes différentes, mais la personne que tu avais en face de toi n’en faisait pas partie. « Hm non pas du tout, c’est la première fois que je fais ça… J’t’avoue que je flippais un peu. Tu aurais pu être un psychopathe ou j’sais pas… et toi ? » Tu parles sans gêne, comme ça. Après tout, tu n’avais rien à perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Samson Lynch
avatar



Avatar : FELIX BUJO.
Crédits : AEROPLANE.
Messages : 785
Nationalité : AUSTRALIEN.
Réputation : 1329

MessageSujet: Re: somewhere only we know. (samson)   Mar 24 Juin - 21:35

Cela faisait quelques mois que nous discutions lui et moi, et à vrai dire, il avait été la seule chose de constante dans ma vie ces derniers temps. Lorsque je devais voyager, lorsque je n'avais plus aucun repère, il était le seul qui avait continué à être là, même si ça n'était que par le biais d'internet. Nous nous étions rencontrés sur un site quelconque, à parler du milieu de la mode, des photographes, sans pour autant parler de nos métiers. Bien évidemment, il était au courant que j'avais tendance à voyager pas mal, et peut-être en avait-il conclu que j'étais mannequin oui, voire photographe. Cela dit, je n'avais pour ainsi dire aucune idée du métier qu'il exerçait présentement, tout ce que je savais, c'est qu'il n'était en aucun cas modèle. C'était lui même qui me l'avait dit. Pourtant, maintenant que je le voyais, maintenant que je savais à quoi il pouvait ressembler, je trouvais cette pensée quelque peu étrange. Il était séduisant, très séduisant, mais peut-être que ce monde ne lui convenait tout simplement pas, ce que je pouvais tout à fait comprendre. Tout le monde n'était pas capable d'endurer la solitude qu'offraient parfois le métier de mannequin. J'avais déjà du mal. Il s'appelait donc Lou, et je pouvais sentir son regard vagabondait le long de mon visage avant qu'il me demande comment je l'imaginais. Clairement pas comme il le pensait, en tout cas, mais ses paroles eurent le don de me faire rire. « Disons que je ne te pensais pas aussi hm... imposant. » il avait l'air tout de même d'être plutôt bien bâti, et assez grand. Peut-être l'avais-je imaginé avec un physique plus commun oui, comme j'avais bien souvent tendance à le faire. Quant à lui, il m'avait imaginé comme ayant les cheveux bouclés, les yeux un peu moins bleu et moins volumineux. « Oh, j'ai les cheveux bouclés, crois moi. » c'était presque ma hantise d'ailleurs, d'avoir à les peigner chaque matin. « Et puis je ne suis clairement pas le plus musclé, ça c'est certain. » repris-je en un rire. Oui, pas mal d'hommes étaient même bien plus dessiné que moi. Disons que j'aimais me rendre à la salle de sport, mais sans plus. « Enfin, comparé à toi, je peux faire grise mine. » ou du moins, c'est ce que je supposais alors que mes prunelles descendaient un court instant sur sa silhouette. C'était donc la première fois qu'il rencontrait un parfait inconnu, bien. C'était plutôt valorisant pour moi, non ? « La même. A vrai dire je ne rencontre presque que des gens dans un cadre plutôt professionnel, et garde contact avec eux si le courant passe bien, du coup je n'ai jamais franchement eu l'occasion de sortir de mon cocon, dans ce genre de circonstances, du moins. » portant mon verre à mes lèvres, j'en buvais une gorgée avant d'ajouter « Mais c'est plutôt agréable. » Oui, et ça me permettait également de changer d'air, bien que le jeune homme restait tout de même lié à mon milieu, indirectement. « Qu'est ce que tu fais dans la vie ? Il ne me semble pas que tu m'en aies parlé. » Je me souvenais l'avoir déjà vu sur un shooting, mais de là à avoir eu le temps de détailler ses moindres faits et gestes. « Je me sens un peu stupide de te poser cette question d'ailleurs, désolé... » il était certain que j'aurais pu être plus attentif.

_________________

    You are my sweetest downfall, I loved you first. Beneath the stars came fallin' on our heads But they're just old light. Your hair was long When we first met. Samson came to my bed, Told me that my hair was red. He told me I was beautiful And came into my bed.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: somewhere only we know. (samson)   Mer 25 Juin - 21:23

Sans le voir, sans connaître son métier, tu avais deviné que Samson te plairait. Tout ça, rien qu’en lui parlant. Après tout, qui ne s’attachait pas à quelqu’un à qui on parlait tous les jours ? Il n’y avait pas un jour où vous ne vous adressiez pas la parole, et ce depuis quelques mois maintenant. Il t’avait, entre autre, aidé à surmonter ta rupture avec Khadîdja, qui avait eu lieu un peu plus de deux mois avant que vous ne commenciez à vous parler. Ça n’avait clairement pas été une période facile pour toi, il faut dire. Mais lui, il avait toujours été là. Dans tous et n’importe quel cas. Il te pensait moins imposant, apparemment, et ça a le don de te faire sourire. « La faute à la salle de sport. » tu commentes en souriant. Tu y allais une fois par jour, du moins tu essayais d’y aller une fois par jour. Tu trouvais important de prendre soin de toi et de ton corps. Sans savoir pourquoi, tu lui dis que tu l’imaginais avec des cheveux bouclés, et il confirme cette information. Pourtant, ça ne se voyait pas, là, comme ça, que ses cheveux étaient bouclés. Tu aimais bien les cheveux bouclés, toi, hm. Qu’importe. « J’ai presque vu juste alors. » commentes-tu dans un sourire. Quoi qu’il en soit, tu étais peut-être légèrement plus musclé que lui, mais c’était lui le mannequin entre vous deux. Il avait probablement plus de mérite, t’en savais rien. « Ce n’est pas ça qui compte. » tu finis par dire en haussant les épaules. Non, ce n’était pas ça qui comptait… même si ça pouvait parfois aider d’être musclé. C’était la première fois que Samy rencontrait un parfait inconnu, lui aussi. C’était rassurant, d’un côté. Ça voulait dire qu’il te considérait assez important pour te rencontrer en personne, non ? Enfin, après tout, t’en savais trop rien. Tu ne pouvais franchement pas te fixer sur la question à l’instant. « Je vois. Content de t’aider à sortir de ton cocon alors. » Tu prends une nouvelle gorgée de ta bière, avant de porter de nouveau ton regard gris sur le bel homme. Non, effectivement, tu ne lui avais jamais parlé de ce que tu faisais dans la vie, même s’il t’avait, normalement, déjà vu à l’œuvre. « T’excuses pas… Ce n’est pas moi qu’on remarque en premier dans le studio, c’est normal. » Tu hausses les épaules. Ce n’était pas toi la vedette qu’on photographiait, ou qui ordonnait telle ou telle chose. Tu en avais bien conscience. « Tu vois la lumière devant toi et/ou derrière toi pendant les shootings ? Eh bah c’est moi. Je suis éclairagiste. » Autant dire que ce n’était pas grand-chose, hm. « Mais ça fait toute la différence sur une photo, telle ou telle lumière, tu sais… » tu te sens obligé de rajouter ces quelques mots, comme pour qu’il ne te prenne pas pour un bon à rien. Tu n’étais pas un bon à rien, non. Certes, tu n’étais pas la vedette, mais tu restais convaincu que tu étais utile.
Revenir en haut Aller en bas
Samson Lynch
avatar



Avatar : FELIX BUJO.
Crédits : AEROPLANE.
Messages : 785
Nationalité : AUSTRALIEN.
Réputation : 1329

MessageSujet: Re: somewhere only we know. (samson)   Jeu 26 Juin - 11:33

Je n'étais clairement pas habitué à me lancer dans l'inconnu lorsqu'il s'agissait de ma vie privée, et non pas de ma vie professionnelle. A vrai dire, j'avais, malgré les apparences, toujours eu peur de me lancer dans une quelconque relation, alors forcément, les rendez-vous avec des inconnus, ça n'était pas franchement dans mes habitudes. Mais il fallait bien se lancer à l'eau, quitte à boire la tasse. Cela dit, je ne savais pas réellement à quoi ce rendez-vous là se résumait. S'agissait-il de rencontrer un ami, ou plus ? Je ne savais pas réellement comment Lou percevait les choses, et de toute façon, je n'avais jamais été particulièrement doué pour lire à travers les gens, ce qui m'avait valu de nombreuses peines de coeur. Mais j'essayais toujours de rebondir à ma manière, oui. En général, il me suffisait de me concentrer sur mon travail, un temps, pour oublier le reste. Mine de rien, être mannequin n'était pas de tout repos, et les nombreux voyage que je faisais partout à travers le globe m'empêchaient la plupart du temps d'avoir une quelconque relation avec qui que ce soit. C'était plutôt normal après tout, personne ne voulait de quelqu'un qui n'était jamais à ses côtés. J'avais même déjà pensé à tout arrêter, les années me glissant entre les doigts, mais n'avais jamais eu le courage de le faire. Quelque part, cette vie me convenait également. Dans tous les cas, ça m'étonnait fortement que Lou n'ait pas été repéré par une quelconque agence, puisqu'il était bien plus attirant que d'autres mannequins avec lesquels j'avais déjà travaillé, c'était indéniable. Il m'avait imaginé plus ou moins comme j'étais, à quelques détails près, alors qu'au contraire, je ne l'aurais jamais pensé ainsi. Mais comme j'avais pu vous le dire, ma vision des choses était toujours sensiblement différente de la réalité. Lorsque j'en venais à m'imaginer quelque chose, vous pouviez être certain que ça n'était pas réel. Il m'expliqua ainsi son métier, tandis que je reportais mon verre à mes lèvres. Eclairagiste studio donc, il est vrai que je n'avais pas l'habitude d'échanger avec cette partie du personnel, puisqu'ils ne m'approchaient que très rarement. Ma faute, certainement, hm. C'était toujours compliqué de s'intéresser à toutes les personnes travaillant dans un studio. « Chaque métier à son importance. » lui dis-je en déposant une main bienveillante sur son épaule, sentant presque un malaise s'installer sur son visage. Mais il n'avait rien à craindre, il aurait très bien pu être sans emploi que ça ne m'aurait pas fait fuir. Chacun faisait comme il pouvait. « Ça m'étonne que tu n'aies pas été signé par une agence. » Enfin, regardez-le. « Cela dit, au moins ça ne te fait pas trop de contraintes non plus. » puisqu'il fallait bien avouer que ça n'était pas tout le temps facile d'être mannequin. Je ne me plaignais pas pour autant, non, il ne manquerait plus que ça. « Il fait décidément trop chaud dans ce bar. » Je tirais sur le col de ma chemise en grimaçant quelque peu. Mon verre était vide, et le sien aussi. « Ça te dit qu'on aille marcher un peu ? » J'avais toujours aimé Paris de nuit. Me levant, ma main s'était glissé dans la sienne pour l'entrainer vers la sortie. Une fois sur le pallier, je me sentais enfin revivre, respirant l'air frais comme pour la première fois. « Je crois que je n'ai jamais été aussi content de retrouver l'odeur de l'essence de toute ma vie. » un nouveau rire s'échappa de mes lèvres tandis que ma main quittait la sienne pour se loger dans une de mes poches. Je commençais ainsi à marcher à reculons, histoire d'observer le visage du jeune homme qui se trouvait à mes côtés. « Alors, d'après toi, tu as bien fait de revenir sur tes pas, ou tu aurais mieux fait de partir en courant ? » repris-je en un sourire, pour souligner son départ impulsif de la demi heure passée, avec humour. Oh il pouvait encore fuir s'il le voulait, mais quelque chose me disait qu'il allait être dans les parages pendant encore un petit bout de temps.

_________________

    You are my sweetest downfall, I loved you first. Beneath the stars came fallin' on our heads But they're just old light. Your hair was long When we first met. Samson came to my bed, Told me that my hair was red. He told me I was beautiful And came into my bed.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: somewhere only we know. (samson)   Ven 27 Juin - 13:20

Chaque métier a son importance. Il était sûr que si un métier n’était pas utile, il n’existerait pas. Sans éboueurs, les rues seraient dégoutantes. Sans mannequin, les gens ne pourraient pas rêver à un idéal impossible à atteindre. Sans professeur, les gens resteraient ignorants. Bref, chaque boulot était utile. Pourtant, l’estime des gens différait lorsqu’on disait qu’on faisait tel ou tel métier. C’était assez triste, au final. Ton regard se pose sur Samy lorsqu’il s’étonne que tu n’aies toujours pas signé dans une agence. Oh, tu aimerais bien, toi. Beaucoup, même. Juste pour changer, juste pour pouvoir grimper dans la hiérarchie. Tu voulais réussir, mais ce n’était pas si facile que ça. « L’occasion ne s’est jamais vraiment présentée. » Non, personne ne t’avait vraiment rien proposé, en fait. Tu ne correspondais sûrement pas à ce que les photographes voulaient, t’en savais trop rien. À vrai dire, tu n’avais jamais cherché à comprendre, et tu n’avais jamais eu l’occasion de passer un casting ou quoi que ce soit, ayant trop besoin d’argent pour payer ton loyer et ta nourriture. C’était pourquoi tu avais logiquement opté pour un job plus stable que mannequin. « Allons-y. » dis-tu en déposant de l’argent sur le comptoir, avant de te lever pour le suivre, sa main dans la tienne. Une fois dehors, tu ne peux pas t’empêcher de rire aux paroles de Samy. « T’es une petite nature, dis-moi. » fais-tu remarquer sans aucune méchanceté, non, loin de là. Tu enfonces tes mains dans les poches de ton jean, commençant à avancer alors qu’il était là en face de toi, à marcher à reculons. « Fais attention à toi. » tu dis intuitivement dans un beau sourire. Il pourrait se cogner quelque part, en marchant ainsi. C’était plus fort que toi, tu te sentais obligé de faire attention à tout le monde. C’était ton côté protecteur. Tu ne cesses pas de le regarder, tu ne cesses pas de sourire non plus, surtout à ses paroles qui t’amusent. Certes, tu avais peut-être eu tort d’avoir pensé à prendre la fuite au tout début. « Je ne sais pas trop.. je n’ai pas encore la certitude que tu n’es pas un psychopathe qui vient de fuir la prison. » Ton ironie fait bien comprendre que tu estimais avoir bien fait de revenir sur tes pas, et t’espérais qu’il le comprendrait.
Revenir en haut Aller en bas
Samson Lynch
avatar



Avatar : FELIX BUJO.
Crédits : AEROPLANE.
Messages : 785
Nationalité : AUSTRALIEN.
Réputation : 1329

MessageSujet: Re: somewhere only we know. (samson)   Ven 27 Juin - 17:18

Oui, ça m'étonnait que personne ne lui ai jamais proposé de devenir mannequin. Après tout lorsqu'on y réfléchissait, il travaillait la plupart du temps avec des gens de ce milieu, et bien qu'il n'était jamais placé sous le feu des projecteurs, il était tout de même facilement repérable. Du moins, moi, je l'avais repéré, mais ça, vous aviez du le deviner. L'occasion ne s'était donc jamais présentée. Tout vient à point à qui sait attendre, après tout, et j'étais certain qu'il y avait moyen pour lui de se faire rapidement un nom dans le domaine. Mais peut-être n'étais-je pas tout à fait objectif à ce sujet. Je décidais donc de quitter le bar en l'entrainant par la main, et ce sans aucune gêne apparente. Il reprend en me signalant que je suis une petite nature, et un léger rire s'échappa de mes lèvres. « J'y peux rien, j'ai toujours eu du mal à supporter la chaleur. » du moins, tout dépendant des endroits, hm. Lorsque je me retrouvais à la plage, ça allait encore puisque l'eau n'était pas loin et qu'il était donc facile de se rafraichir un peu. Mes prunelles ne quittaient ainsi plus celles du garçon tandis qu'il me disait de faire attention, le tout souligné par un beau sourire. « Quoi, tu t'inquièterais pour moi maintenant ? » repris-je en un léger rire. Oui, et dire qu'il n'était pas loin de me claquer la porte au nez il y avait de ça une petite demi heure... Comme quoi, tout pouvait changer d'un moment à l'autre. C'était peut-être pour cette raison que j'avais fini par le questionner, lui demandant s'il aurait mieux fait de partir en courant, ou s'il avait d'après lui pris la bonne décision. « Regarde moi, avec une tête comme celle ci, je ne tiendrais pas deux jours en prison. Désolé de te décevoir, mais je n'ai rien d'un badboy. » continuais-je en haussant les épaules. Je n'avais pas grand chose du gros dur de base, c'était certain, les autres prisonniers n'auraient fait qu'une bouchée de moi. Avec ironie, j'ajoutais « Cela dit, l'hôpital psychiatrique n'est pas à exclure ! » m'enfin, j'espérais qu'il ne m'imaginait pas réellement sortir d'un endroit comme celui ci. A vrai dire, je n'y avais même jamais mis les pieds pour quoi que ce soit, et c'était très bien comme ça. Une de mes mains venaient rejoindre ma nuque alors que je me tournais pour reprendre position à son côté, continuant à marcher d'un pas lent et détendu. Un groupe de personnes venait de nous dévisager, comme s'ils avaient reconnu quelqu'un qu'ils connaissaient. Et à vrai dire, c'était peut-être le cas, puisque l'on pouvait d'ici apercevoir une affiche où trônait mon visage. « Décidément, je ne m'y habituerai jamais. » repris-je en un rire gêné, tout en me grattant un court instant le crâne. Oh, j'espérais qu'il ne croyait pas que j'étais entrain de me plaindre de quoi que ce soit, non, j'aimais être mannequin. Juste que c'était toujours surprenant de se voir à des endroits auxquels on ne s'y attendait pas. « Au fait, pourquoi t'étais réticent à mon égard ? Tu sais... » Oui, je me demandais bien quelle première image il avait pu avoir de moi. « Enfin, qu'est ce que j'avais fait pour que t'en arrives à ne pas du tout vouloir me fréquenter ? » cette question restait gravée dans ma tête, et je me sentais comme obligé de la lui poser.

_________________

    You are my sweetest downfall, I loved you first. Beneath the stars came fallin' on our heads But they're just old light. Your hair was long When we first met. Samson came to my bed, Told me that my hair was red. He told me I was beautiful And came into my bed.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: somewhere only we know. (samson)   Sam 28 Juin - 22:29

Après tout, tu ne savais pas où cette rencontre aller conduire. Si ça se trouve, ça allait être la première et dernière fois que vous vous croiseriez et vous parleriez. Ou peut-être pas. Tu n’en savais rien, et tu n’étais franchement pas du genre à t’embêter avec ce genre de question. Une fois dehors, Samson déclare qu’il a toujours eu du mal à supporter la chaleur. « C’est assez étonnant pour quelqu’un qui vient de l’Australie. » Certes, tu ne t’étais jamais rendu dans ce pays, mais il te semblait qu’il y faisait plutôt chaud. Du moins, plus chaud qu’à Paris. Pour ta part, tu supportais plutôt bien la chaleur. Tu n’étais franchement pas un homme compliqué. Un rire s’échappe de tes lèvres à ses paroles. Oh, tu t’inquiéterais pour n’importe qui, même pour une personne que tu n’aimes pas, alors il n’avait franchement pas de quoi se sentir flatté sur ce coup-là. « Je ne voudrai pas que tu ne puisses plus travailler à cause d’un bras et d’une jambe dans un plâtre. » Ça serait bête. Quoi que, tu étais certain que les photographes pourraient trouver des trucs intéressants à faire avec des plâtres. Tu ris de nouveau lorsqu’il dit qu’il n’a rien d’un badboy. C’était sûr qu’il n’y avait qu’à le regarder pour deviner qu’il ressemblait plus à un bisounours qu’à un mafieux. « Oh, j’suis sûr que t’arriverais facilement à les amadouer avec ta belle gueule. » commentes-tu tout en continuant à avancer, les mains dans les poches. Quoi qu’il en soit, tu avais effectivement du mal à l’imaginer en prison. Si on se fiait à son apparence et ce que tu savais déjà sur lui, il ne pourrait pas faire de mal à une mouche. Tiens, quand on parle de belle gueule… en voilà une placardée sur une affiche. Celle de Samson, évidemment. Et les passants ont l’air d’avoir fait le lien entre la publicité et l’homme qui se tient prêt de toi. Tu ne comprends pas trop pourquoi il a l’air si gêné. Après tout, s’il avait décidé d’être mannequin, ce n’était pas pour rester anonyme, n’est-ce pas ? « Il faut croire que ce sont les risques du métier. » ajoutes-tu en riant doucement, parce qu’il le savait mieux que toi. C’était normal d’être affiché dans les rues avec un métier pareil, tout de même. Tu t’arrêtes un instant devant la publicité pour la regarder, avant de porter ton regard sur le vrai Samy. « Tu as de quoi être fier. » Tu continues d’avancer avant de finir par te mordre la lèvre inférieure à sa question. Tu n’étais pas certain qu’il apprécie ce que tu avais à lui dire. Tu ne pouvais pas lui dire que tu l’avais trouvé hautain et qu’il avait un air supérieur à tes yeux. Non, vraiment pas. « Je ne pense pas que ce soit une bonne idée que je te le dise. » lui avoues-tu en tournant la tête pour le regarder. « Et je suis sûr que tu n’as pas envie d’entendre une telle chose. » Tu l’observes, toujours. « Je n’ai pas envie de te blesser pour une erreur de jugement. » C’était sincère. Tu ne voulais pas faire du mal inutilement. Il valait sûrement mieux qu’il reste dans l’ignorance. « Je te paye une glace ? » demandes-tu alors en voyant un marchand de glace à deux mètres. Quoi, toi, essayer de changer du sujet ? Du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Samson Lynch
avatar



Avatar : FELIX BUJO.
Crédits : AEROPLANE.
Messages : 785
Nationalité : AUSTRALIEN.
Réputation : 1329

MessageSujet: Re: somewhere only we know. (samson)   Lun 30 Juin - 17:19

Je n'avais jamais réellement été habitué à la chaleur, allez savoir pourquoi. Bien évidemment, lorsque j'étais en Australie, tout était différent, mais cela faisait tellement longtemps que je n'y avais pas passé plus de quelques jours que j'avais la nette impression que le climat parisien m'avait déteint dessus. « J'avais oublié que tu connaissais presque tout de ma vie. » repris-je en un sourire. Oui, nous avions tellement discuté lui et moi que je ne savais plus exactement ce que j'avais pu lui dire ou non. Ce qu'il connaissait de moi, de ma vie, de ma personnalité, et ce qu'il avait encore à découvrir. Mais en juste retour des choses, j'avais gardé en mémoire nombre des détails qu'il avait pu me raconter sur ce qui faisait qu'il était lui. Il enchaina par la suite sur le fait qu'il ne voudrait pas m'empêcher de travailler, et en une moue narquoise, j'ajoutais un « D'autant plus qu'il faudrait que tu prennes soin de moi, hm. » comme s'il n'avait pas son mot à dire. Mais ces quelques mots traduisaient bien mon envie de le voir dans les parages pendant un petit bout de temps. Combien ? Oh ça je ne savais pas bien, non, d'autant plus que nous ne nous connaissions physiquement que depuis une poignée de minutes maintenant, et que rien ne nous disait que nous allions tout le temps être sur la même longueur d'onde. Mais pour le moment, et puisqu'il n'y avait plus vraiment d'accrochage, autant lui faire part du fond de ma pensée. Pour ce qui était de ma belle gueule, un rire s'était finalement échappé de mes lèvres. De toute façon, je ne voyais pas bien comment je pourrais atterrir en prison. J'étais peut-être du genre à m'amuser de tout, mais de là à commettre un crime grave, non, je restais quelqu'un de fondamentalement sage. Les règles étaient là pour être suivies à la lettre, après tout, et ça n'était pas mon agent qui allait s'en plaindre. « A partir du moment où je ne leur dis pas que je suis mannequin. » parce que bon, j'imaginais que ça n'était que des hommes très, très masculins qui étaient en prisons, et bourrés de préjugés. Je sais, je dessinais des stéréotypes, mais bon, tout le monde le faisait plus ou moins. Ce qui me surpris quelque peu, c'était cette affiche où mon visage était placardé. En toute honnêteté, ça me gênait plus qu'autre chose, parce que je n'étais pas le genre de garçon à être habitué à se voir sur tous les fronts. Alors certes, mon visage faisait de plus en plus apparition sur les campagnes de pubs, et en règles générales, lorsque j'étais seul, ça ne me dérangeait pas des masses. Mais là j'étais accompagné, et par une personne à qui je souhaitais laisser une bonne impression. Je ne voulais clairement pas qu'il pense que je me vantais d'être un des visages en vogue. Il semble cependant bien le prendre, bien que le fait qu'il décide de se poser devant le panneau eut de quoi me faire quelque peu rougir. J'avais donc de quoi être fier, hm, je ne savais même pas quoi répondre à ça. « Hm... Merci ? » Je me sentais un peu stupide sur le coup, et décidais d'enchainer sur une nouvelle question. Pourquoi s'était-il fait une mauvaise image de moi ? De toute évidence, il ne préférait pas répondre à celle ci, et je pouvais comprendre qu'il pense ainsi. J'approuvais ainsi d'un simple hochement de tête. « D'accord. » Après tout, ça n'engageait que lui, et je n'allais clairement pas le forcer à parler s'il ne voulait pas le faire, ça n'était pas vraiment mon genre. Il me demanda si je voulais un glace, et mes lèvres s'étirèrent. « A la vanille. » un parfum classique, mais je n'aimais décidément pas tout ce qui devenait trop compliqué. Je l'observais donc se rendre auprès du marchand, tandis que je jouais un court instant avec les dalles sur le sol, évitant les creux pour ne me poser que sur celles ci. Je devais avoir l'air d'un gosse, oui, et au fond je l'étais probablement encore. C'était comme faire courir un personnage invisible le long des meubles, le faisant sauter et grimper, activité qui occupait mes longues journées d'attentes lors des castings. Il revint rapidement armé de deux glaces, et mon sourire s'étira un peu plus. « Décidément, tu sais comment me faire plaisir. » Bon cela dit, ça n'était pas non plus très compliqué, il fallait bien se l'avouer. Me saisissant de mon cornet, je le portais ainsi à mes lèvres tout en recommençant à marcher d'un pas lent et décontracté. « Qu'est ce que tu aimerais faire, concrètement, dans la vie ? » parce que je me doutais qu'il souhaiterait probablement s'élever dans son milieu, comme tout le monde à vrai dire. « Tu voudrais gérer ton propre studio, ouu ? » Je n'y connaissais pas grand chose à vrai dire, puisque je n'avais jamais été quelqu'un de particulièrement organisé. J'étais responsable oui, sur certains points, mais clairement pas sur tous. Oh et j'étais entrain de me mettre de la classe partout autour des lèvres, et même sur la pointe du nez, c'était n'importe quoi, et le pire, c'est que je ne m'en rendais absolument pas compte, hm.

_________________

    You are my sweetest downfall, I loved you first. Beneath the stars came fallin' on our heads But they're just old light. Your hair was long When we first met. Samson came to my bed, Told me that my hair was red. He told me I was beautiful And came into my bed.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: somewhere only we know. (samson)   Lun 30 Juin - 20:09

Effectivement, tu connaissais beaucoup de choses sur Samson. Peut-être pas tout, mais assez pour affirmer que tu le connaissais bien. Après tout cela faisait un bon moment que vous vous parliez, c’était normal. Lui-même avait connaissance d’un paquet d’information sur toi et ta vie. Un sourire se dessine sur ton visage à ses paroles. Prendre soin de lui s’il se blessait. Oh, tu le ferais sans hésiter et sans aucun problème, à vrai dire. « Quelle plaie » dis-tu avec ironie, tout en continuant à avancer, toujours le sourire aux lèvres. Alors que franchement, t’occuper de lui ne l’était pas du tout, une plaie, s’entend. Quant à lui en prison, il était clair qu’il n’y survivrait pas longtemps. Il n’avait rien d’un gros dur. Et s’il l’était, il cachait bien son jeu. Quoi qu’il en soit, c’était sûr qu’un mannequin ne devait pas forcément être bien perçu en prison. Enfin, t’en savais trop rien après tout, ce n’était pas comme si tu y étais déjà allé. « Le mieux, ça serait d’éviter de te retrouver en prison. » finis-tu par commenter dans un sourire amusé. C’était sûr qu’il risquait moins de mourir s’il restait dehors, en liberté, comme les gens normaux. Vous tombez finalement sur une grande affiche où le principal sujet était Samson. Et il fallait avouer que cette photo était plutôt réussie. Si bien que tu te postes devant pour l’examiner. D’un côté, tu n’étais pas sûr que Samson puisse faire foirer une seule photo, vu comment il semblait parfait, hm. Effectivement, il avait de quoi être fier. Après tout, cela montrait bien qu’il avait réussi dans le milieu, non ? Tu n’étais pas complètement calé sur le sujet, mais tu étais certain que tout le monde s’arrachait Samson pour ses pubs. Il pouvait dire qu’il s’était fait un nom, alors que tout le monde savait que c’était un métier loin d’être facile. « De rien. » te contentes-tu de dire avant de continuer à marcher. D’un côté, il méritait toute cette reconnaissance. Et puis Samson te pose une question à laquelle tu n’as pas particulièrement envie de répondre. Pas parce que tu n’as pas de répondre, non, mais parce que tu n’estimais pas que lui dire la vérité était une bonne idée. Ta dernière envie était de le blesser. Et fort heureusement, le beau mannequin n’insiste pas. Tu préfères largement lui offrir une glace plutôt que de parler de ton erreur de jugement dont tu avais déjà assez honte comme ça. « Vanille, c’est noté. » Tu te rends alors jusqu’au marchand de glace où tu demandes une glace à la vanille, et une à la pistache. Après avoir payé, tu rejoins rapidement l’australien pour lui tendre son cornet. «Je suis plutôt doué pour ça, oui. » C’est sans cesser de sourire que tu te remets à marcher près de lui, tout en entamant ta glace italienne à la pistache. « Oh, non, pas mon propre studio. » C’était beaucoup trop de problèmes, et tu n’aimais pas particulièrement ça. « Je t’avoue que j’aimerai bien faire un peu de mannequinat, et quand mon heure sera passée, peut-être me reconvertir dans quelque chose de complètement différent. » Tu hausses les épaules avant de tourner la tête vers lui. Et voilà que tu ris joyeusement en découvrant un Samson plein de glace sur la figure. «Tu as … » tu ne finis pas ta phrase pour t’arrêter de marcher et te mettre en face de lui, sûrement même un peu trop près de lui. « Attends. » A l’aide de ton pouce, tu lui enlèves avec attention la glace qu’il avait sur les lèvres, te concentrant peut-être un peu trop sur ses lèvres, hm. « Tu en as partout. » Un tendre sourire se dessine sur ton visage avant que ton regard se plante dans le sien. « Mais il n’y a pas assez de vert à mon goût » Et là, voilà que tu lui mets de ta glace partout sur la figure, en riant de plus bel. Oh, t’espérais qu’il ne le prendrait pas mal.
Revenir en haut Aller en bas
Samson Lynch
avatar



Avatar : FELIX BUJO.
Crédits : AEROPLANE.
Messages : 785
Nationalité : AUSTRALIEN.
Réputation : 1329

MessageSujet: Re: somewhere only we know. (samson)   Dim 6 Juil - 12:46

Je n'avais jamais commis de délit majeur, d'ailleurs on m'avait toujours considéré comme le "bon" garçon. Alors certes, j'avais bien souvent tendance à faire des blagues à tous bouts de champs, mais de là à me considérer comme un criminel, ou d'en faire qui pourraient passablement m'envoyer derrière les barreaux, non, ça n'était pas franchement mon genre. Le mieux était donc que je ne me retrouve pas derrière les barreaux, bien. De toute façon j'aspirais tout de même à bien mieux que ça, c'était certain. Je ne voulais pas être de ces gars qui se permettait le moindre écart, d'autant plus que ma carrière en prendrait très certainement un coup et que je ne pouvais pas me le permettre, puisque celle ci nourrissait ma famille. Et puis, je voulais payer les études de commerce de ma soeur, elle le méritait, c'était en quelque sorte son rêve. C'était plutôt étrange d'ailleurs, en y repensant. Lorsque je m'envolais vers l'Australie, je n'avais plus franchement l'impression de rentrer à la maison, comme si je n'avais justement plus aucun domicile. C'était peut-être le fait de voyager bien trop souvent qui me faisait sentir de la sorte. C'était angoissant. Ma mère collectionnait les photos et magazines où j'apparaissais, parfois, elle me disait même quelles tenues m'allaient mieux, et ce que je ne devais en aucun cas porter. J'adorais ma mère, j'adorais voler jusqu'en Australie, et pourtant, j'avais de plus en plus l'impression de me détacher de tout le monde. Autant d'eux que du reste du monde, comme si la solitude m'enveloppait peu à peu de ses bras pour m'étreindre silencieusement. Parce que la solitude, ça n'était que du silence. Une longue et épaisse brise silencieuse. Je me raccroche un peu plus à la réalité, mes paupières battant trois fois alors que je chassais toutes ces pensées de mon crâne. Lou était parti me chercher une glace, et un sourire s'était finalement dessiné sur mes lèvres lorsqu'il était revenu. Et dire que cette soirée avait mal commencé. Et dire que j'aurais pu passer à côté de ce garçon. Mon sourire se joignit au sien alors que nous reprenions notre marche. Il ne voulait pas d'un studio à lui, de toute évidence, et mon sourcil droit s'était finalement arqué, comme à chaque fois qu'un détail me rendait curieux. Il voulait faire du mannequinat. Cette idée me plaisait bien, et de toute façon, il était incroyablement beau à mes yeux, alors je ne pouvais décemment pas lui dire le contraire. « Je... Je pourrai en parler à Gabrielle, si tu veux. » lui répondis-je en un sourire. Parce que j'avais son numéro, là, au creux de ma poche, sur mon portable. Et puis, il me dit d'attendre, alors je me fige, mes yeux observant les siens alors que son pouce venait caresser lentement mes lèvres. Un doux frissons parcourait mon épine dorsale tandis que je sentais mes joues rougir peu à peu. J'en avais partout. Et encore plus maintenant, puisqu'il venait tout à coup de m'attaquer avec son cornet. « Bwaaah ! » gémis-je au contact glacé de celle ci sur ma peau. Finalement, un rire s'était échappé de mes lèvres alors que je reprenais la parole. « Au moins, on ne risque plus de me reconnaitre maintenant. » mes lèvres n'en finissaient plus de sourire, tandis que ma glace venait taquiner le bout du nez du jeune homme, n'osant pas franchement défigurer le reste de son visage. « Cela dit, je ne suis pas certain que tu sois particulièrement fier de marcher au bras de Cetelem grandeur nature. » je ne pouvais m'empêcher de rire à ma remarque, alors qu'une de mes mains se glissait le long de sa nuque. « Mais j'ai une petite idée pour arranger ça. » J'étais dans l'obligation de partager après tout. Alors, mon visage s'était lentement rapproché du sien, mes lèvres se déposant peu à peu sur celles du jeune homme alors que ma peau glacée entrai, ici et là, en contact avec la sienne. Un baiser qui se voulait tendre, comme j'en avais si bien l'habitude. Une poignée de minutes plus tard, je me retirais tout en essuyant comme je le pouvais la glace que j'avais sur les joues, à l'aide d'une serviette en papier. « C'était presque aussi bon que la vanille. » presque, hein.

_________________

    You are my sweetest downfall, I loved you first. Beneath the stars came fallin' on our heads But they're just old light. Your hair was long When we first met. Samson came to my bed, Told me that my hair was red. He told me I was beautiful And came into my bed.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: somewhere only we know. (samson)   

Revenir en haut Aller en bas
 

somewhere only we know. (samson)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Val-Saint-Père (50) - LE BRETON x SAMSON
» Livres de Barbara Samson
» Samson François ( 1924-1970)
» Ecovaloris.
» Les accidents vasculaires cérébraux ou attaques cérébrales

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MODELS :: Après l'effort... :: animations :: le café d'oz-