AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Elle se déhanche, bouge doucement sur une musique qui maintenant enivre nos journées. Pourtant on s'en balance bien de la Valentina, de son escapade à Rome et de ses désirs de dolce vita, Elle vit dans nos crânes, avec son petit sourire mutin. It's wonderful, c'est comme ça. Depuis qu'on est gosse, on grandit à travers des spots publicitaires, des affiches aussi grandes que nos mères, fasciés brillant sur les immeubles parfois gris de Paris. On sifflote la musique de la dernière pub à la mode, inconsciemment pris dans l'engrenage, c'est qui ce type déjà ? Paolo Conte ? Si efficace. On rêve de liberté, de femmes modernes, du pantalon de Coco Chanel à la jupe asymétrique qu'on trouve dans n'importe quelle boutique de prêt-à-porter. Parce qu'il y a cette femme, dans notre dernier Vogue qui la porte tellement bien, et ce parfum, dieu ce parfum, si Hermès a l'air si sauvage, si libre, alors notre homme le sera aussi. Ce serait si beau, n'est-ce pas, d'être cet homme-là ? On les désire, férocement. Cet homme, cette femme. C'est l'histoire, d'une perfection calculée à la mèche près, la notre, la votre.


17400
14000
35100
models © 2013/14, toute copie partielle ou intégrale est prohibée, optimisé sous chrome.


aeroplane

7feetunder

Partagez | .
 

 ANNEXE 2 ∞ le monde de la mode

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gabrielle Duval
avatar



Avatar : kate moss.
Crédits : alcaline.
Messages : 459
Nationalité : française.
Réputation : 10026

MessageSujet: ANNEXE 2 ∞ le monde de la mode   Mar 17 Juin - 11:16


LA MODE
pour les nuls.
INTRODUCTION

mode, n. f. (du latin modus, manière, mesure)
1. commerce, industrie de l'habillement (les ouvrières de la mode). 2. manière particulière de s'habiller conformément aux goûts d'une certaine société (une émission sur la mode).

Parce que certains ne reçoivent pas Vogue, Elle ou l'Officiel tous les mois, parce que certains ne connaissaient pas grand chose à la mode avant de décider de venir sur models, parce que certains souhaitent s'y mettre et veulent connaitre les bases afin de ne pas faire n'importe quoi avec leur personnage : nous vous proposons cette annexe. Elle est longue, c'est certain, mais contient des informations qui peuvent être importantes alors n'hésitez pas à lire que ce soit entièrement ou partiellement. Cette annexe est faite pour aider, pas pour vous faire perdre du temps... Alors bonne lecture !

UN PEU D'HISTOIRE
La mode, au début du XXème siècle, n'est pas accessible à tout le monde et elle ne concerne qu'une infime partie de la société. En effet, seules les femmes avec de bonnes situations financières pouvaient s'offrir des vêtements avec beaucoup de dentelle, d'immenses chapeaux, des manteaux de fourrure (le must have) et des jupes corolles. C'est à cette période que la taille S est devenue importante et les femmes s'efforçaient de la conserver à l'aide de corsets et de guêpières.
Et même si la mode n'avait pas encore une grande popularité au début du XXème siècle, la Haute Couture existait déjà depuis environ 50 ans. Charles Frederick Worth est reconnu comme en étant une sorte de fondateur. La mode lui doit notamment l'invention du défilé de mode, des spectacles vivants pouvant durer plusieurs heures. La Haute Couture naît donc en 1858 lorsque Worth ouvre sa boutique sur la Rue de la Paix.
La Haute Couture prend de plus en plus d'ampleur grâce à l'apparition de nouveaux couturiers comme Pierre Balmain, Jeanne Lanvin ou Cristobal Balenciaga. Et dès 1930, la couture parisienne est ancrée dans le paysage français tandis que les défilés rythment la vie des femmes fortunées.
Gabrielle Chanel (surnommée "Coco") est l'une des grandes couturières de cette époque, celle-ci a commencé en 1907 avec une simple boutique de chapeau qui est rapidement devenue attractive à Paris. (pour voir ses débuts en images) Cependant Coco ne se limite pas aux chapeaux et fini par créer une collection ayant pour but final de libérer le corps des femmes, notamment par la simplification des tenues ainsi que leur masculinisation. Les jupes deviennent plus courtes, et la petite robe noire apparait en 1926 et devient un grand classique de la couture française. Elle est presque l'icône de cette époque.

Pendant l'Après-Guerre, c'est le prêt-à-porter qui se développe à son tour. C'est une nouvelle façon pour les fabricants de produire des vêtements avec des tailles prédéfinies et dont la production se fait en série. Il existe donc des centaines de modèles du même sac, de la même veste ou de la même jupe, mais ça importe peu. L'idée est surtout de pouvoir toucher le plus grand nombre de femmes possibles et de répondre aux attentes du plus grand nombre. Les vêtements sont, à partir de cette époque, tous porteurs d'une étiquette qui indique leur provenance ou du moins leur fabricant.
Christian Dior est certainement celui qui a le plus tiré son épingle du jeu à cette époque. Celui-ci imagine le style New Look et tombe pile dans les exigences des acheteuses de cette époque : des robes à la taille cintrée, aux épaules étroites et qui découvre les jambes de 40 centimètres au dessus du sol, c'est la silhouette corolle. Ce style va à l'encontre du style arboré par Coco Chanel et remet en vigueur le style corseté, féminin, glamour et opulent. Christian Dior dit lui-même à propos de sa collection : « Je dessinais des femmes-fleurs, aux épaules douces, aux bustes épanouis, aux tailles fines comme des lianes et aux jupes larges comme des corolles ».

Pendant les années 60, c'est la période yé-yé avec les tailles cintrées et les jupes de patineuse. Et puis finalement c'est la révolution : le jean fait son apparition dans la vie des jeunes Parisiens et devient le vêtement des gens cools. C'est pendant cette période que le style vestimentaire devient quelque chose qui permet de s'affirmer comme un signe d'appartenance à un groupe et de montrer que l'on fait partie des punk ou des hippie par exemple. La mode devient une identité et un moyen d'expression à part entière. C'est également à ce moment que Londres devient la nouvelle capitale de la mode, notamment grâce aux mods. Ceux-ci sont des jeunes gens avec un look ultra-soigné, amateurs de jazz et de mode qui circulent en Vespa, et qui n'hésite bien sûr pas à sortir le soir.
Paco Rabanne est maintenant une légende, et il était sans doute tout aussi connu dans les années 60. Ce qui fait que son style est si particulier, c'est bien évidemment le fait qu'il joue avec la mode et en fasse une œuvre d'art. Il essaye de tester toutes les manières possibles et imaginables de créer des vêtements et propose notamment des robes en papier, cuir fluorescent, métal, en plaques d'or, pastilles miroir, etc.

A la fin des années 60, un mouvement pour "la libération de la femme" se met en place et se répand à l'échelle mondiale. Celui-ci est né entre la France et les Etats-Unis à l'occasion de Mai 1968 en France et de la naissance du mouvement Women's Lib aux Etats-Unis. Les femmes souhaitent avoir leur indépendance et cela passe également par la façon dont elles s'habillent. Le style des femmes changent, alors les créateurs doivent s'adapter et certains en profitent même pour percer. Ainsi, les jupes deviennent plus courtes grâce à André Courrèges et les pantalons sont dorénavant des pièces mixtes, notamment grâce à l'action d'Yves Saint Laurent. Et certaines femmes vont plus loin en enlevant également le soutien gorge ! C'est également l'époque où la mini-jupe créée par la britannique Mary Quants fait son apparition à Paris, grâce en partie à la promotion que lui faisait Courrèges.
Yves Saint Laurent (oui, encore lui) est tout de même celui que l'on retient des années 60. Celui-ci a commencé sa carrière en travaillant pour Christian Dior avant de se lancer indépendamment dans le monde de la mode. (interview de 1958, lorsqu'il travaillait encore pour Christian Dior) Yves Saint Laurent décline le Caban et le Trench pour en faire un vêtement de femme, tout comme le smoking pour femme qui restera la création dont on se souviendra. Il permet aux femmes d'affirmer aussi grâce à leur vêtement leur pouvoir et leur assurance. C'est également le premier créateur à donner son nom à une boutique de prêt-à-porter, il ouvre Saint Laurent rive gauche dès 1966.

Et pendant 70's, c'est les hippies qui sont partout et ils ne portent presque que des jeans, bien que ce dernier soit tout de même concurrencé par les longues robes aux imprimés fleuris et le tout accompagné de paniers en osier et de headbands en tissu. Les couleurs vives sont également de rigueur et les pulls orange ou verts sont monnaie courante dans la rue. C'est également l'arrivée de nouvelles matières, toujours synthétiques et plus techniques. Et de leur côté, les créateurs tentent de nouvelles choses comme de nouvelles matières ou de nouvelles coupes pour espérer plaire à un public un peu plus excentrique et c'est de nouveau Rabanne qui fera le show avec ses robes métalliques !

A l'aube des années 80, c'est la naissance de la mode dite punk. Cette nouvelle mode est lancée par la créatrice britannique Vivienne Westwood - la compagne de Malcom McLaren, le manager des Sex Pistols. Cette tendance associe les codes rock radicaux comme le cuir, les coups et les zips, et le patriotisme anglais avec des tartans écossais ici et là.
Vivienne Westwood dites "l'enfant terrible de la mode" est l'excentricité à l'état pur et depuis toujours. En 1971, elle ouvre avec McLaren une boutique au 430 Kings Road à Londres et cette boutique deviendra un peu plus tard le symbole de la tendance punk. La boutique change souvent de nom comme par exemple : let it rock, sex, too fast to live too young to die. Et c'est bien évidemment dans cette boutique que la mode de Vivienne Westwood commence à se propager. Ses vêtements mêlent le cuir, les zips, mais aussi les images porno, les slogans punk et des chaines. La couturière habillera les Sex Pistols et répandra elle-même cette mode avec son style, mais également son maquillage pour le moins outrancier et ses coiffures excentriques. Cependant son parcours ne s'arrête bien sûr pas là et en 1982, elle est la première anglaise à présenter un défilé dans la capitale Française.

Les années 80 en elles-même sont les années pendant lesquelles toutes les audaces vestimentaires sont permises. Les couleurs sont vives (fluo, pour être précis), avec beaucoup de jeux sur les volumes et les matières, les accessoires sont décalés et les paillettes sont également au rendez-vous. C'est une période où le pouvoir d'achat est en hausse, l'économie en plein boom alors les gens se font plaisir et les femmes affirment plus que jamais leur réussite professionnelle et leur indépendance. L'important est donc de frimer et de se faire remarquer. Et sur les podiums, c'est Yves Saint Laurent qui mène la danse avec des tailleurs colorés taillés en X.
Christian Lacroix ouvre sa propre maison de couture à la fin des années 80. Celui-ci utilise la culture méditerranéenne afin de proposer une mode qui se veut sophistiquée et d'un gout nouveau. C'est le créateur qui n'a pas peur de mêler les pois, les rayures ou encore les fleurs et qui remet au gout du jour les passementeries et les plumes. Le tour donne une silhouette à la fois féminine et haute en couleur tout en restant baroque.

Dès le début années 90, on commence à sérieusement s'intéresser aux mannequins et les vêtements n'ont plus le monopole de l'attention. Ainsi, les premiers top model font leur apparition. On peut donner les noms de Cindy Crawford, Naomi Campbell, Elle Macpherson, Kate Moss ou encore Claudia Schiffer. Elles sont de tous les défilés, de toutes les campagnes publicitaires et elles contribuent à la reconnaissance de leur métier et à son développement. Elles sont payées très cher et c'est d'ailleurs ce que Linda Evangelista déclare en 1990 : « Je ne me lève pas le matin pour moins de 10 000 $ par jour... ».
Au niveau du style, cette décennie adopte le look grunge avec des chemises bûcheron, des jeans troués et des Doc Martens.
Jean Paul Gaultier est certainement le styliste phare des années 90 (même si son label connait un succès énorme dès les années 80), notamment grâce à Madonna qui a porté pendant sa tournée "Blonde Ambition" sa pièce la plus connue : le bustier conique. Le couturier est lui aussi surnommé "l'enfant terrible de la mode", tout comme Vivienne Westwood. Et celui-ci a un style qui complète celui de la britannique. En effet, Gaultier s'amuse avec la mode, habille les hommes en femmes à l'inverse d'Yves Saint Laurent. Et s'il y a bien un habit que vous possédez tous et qui tient son succès de ce créateur, c'est bien la marinière qu'il a très souvent utilisé et popularisé.

100 ans plus tard, pendant les années 2000, les coupes sont nettes et minimales. Calvin Klein et Helmut Lang sont les créateurs stars de cette période. L'un pour ses vêtements au style épuré et l'autre pour ses créations aux allures androgynes. Cette période est aussi la porte ouverte aux designers japonais qui rentrent dans l'univers de la mode, comme Issey Miyake et ses pièces noires et blanches inspirées des origamis, sans oublier Yohji Yamamoto (qui vous parlera peut-être plus) avec ses silhouettes à la rigueur ultra-contrôlée. Dans les rues, le surplus de couleurs finit progressivement par disparaitre et les looks fun et décalés deviennent de plus en plus rare au profit de quelque chose de plus sobre et de plus chic. C'est également depuis les années 2000 que les créateurs et leurs personnalités prennent le pas sur les créations qu'ils nous offrent. Karl Lagerfeld, par exemple, est aussi connu pour son caractère (provocateur et drôle) que pour la mode féminine et chic qu'il ne cesse de dévoiler au fil des années. Les nouveaux créateurs nommés dans les grandes maisons de coutures doivent faire leurs preuves et sont attendus au tournant par la presse féminine internationale. Leur challenge est non-seulement de donner leur propre atmosphère aux créations et à la marque, mais également de respecter les codes de celle-ci (ancrés dans les mémoires de l'opinion publique) afin de ne pas la dénaturer.
Marc Jacobs ouvre sa maison en 1994, mais a déjà fait parler de lui en amont. En effet, celui-ci a créé une collection grunge pour Perry Ellis avant d'être licencié. Cependant le monde de la mode semble avoir déjà adopté Marc Jacobs à ce moment là et l'ouverture de sa maison s'avère être un franc succès. Dès 1998, le créateur est recruté par Louis Vuitton afin d'imaginer des collections de prêt-à-porter, tout en revisitant les sacs et accessoires cultes de Vuitton et celui-ci accepte. Marc Jacobs est donc actuellement à la tête de sa propre marque, mais est également le directeur artistique de Vuitton.

LA HAUTE COUTURE ET LE PRÊT-À-PORTER

haute couture, n. f. (du latin consuere, coudre.)
l'ensemble des grands couturiers qui créent des modèles originaux présentés chaque saison ; leur production.

Ce qu'il faut savoir dans un premier temps, c'est que la "haute couture" est une appellation typiquement française et elle est délivrée aux maisons de couture chaque année par la chambre syndicale de la couture parisienne. La haute couture est régie par des codes bien spécifiques. Les maisons de haute couture doivent créer toutes leurs pièces à la main dans les ateliers de la maison, avoir deux ateliers (un atelier de flou et un atelier de tailleur), un nombre d'employés minimum, faire des pièces sur mesure uniques, faire au moins une trentaine de modèles par collection, participer à au moins deux grands défilés par an et l'utilisation d'une certaine surface de tissus.
Les maisons de haute couture sont en deux groupes : les membres permanents (Chanel, Dior, Jean Paul Gaultier, etc.) et les membres invités (Julien Fournier, Hervé Léger, etc.).
Une chose importante à savoir : les défilés de haute couture ne se font qu'à Paris et ce, deux fois par an (janvier et juillet).


prêt-à-porter, n. m.
ensemble des vêtements exécutés selon des mesures normalisées (par opposition aux vêtements sur mesure).

Le prêt-à-porter, c'est ce qu'on trouve dans tous les magasins de tous les pays du monde. Ce que, de manière générale, les gens normaux peuvent acheter. Certaines marques sont bien entendues plus chères et les marques présentes en haute couture font généralement des collections pour le prêt-à-porter qui couteront la peau des fesses. Mais ce que vous pouvez acheter chez Zara ou même chez Kiabi, c'est du prêt-à-porter. Pas de luxe, certes, mais ça s'en inspire. Alors il y a des tonnes de marques, mais ce sont tous des endroits où les tailles sont normalisées. Soyons réalistes, personne ne fait pile du 36 ou pile du 40. C'est toujours trop long, trop court, trop large, trop étroit et finalement, on n'a jamais le vêtement qui s'adapte parfaitement à notre morphologie parce que ça n'est pas du sur mesure.
Sachez également qu'il y a des défilés prêt-à-porter partout dans le monde, mais que les grandes marques ne défilent généralement qu'à Londres, Paris, New York et Milan. Les autres fashion week n'accueillent généralement que les designers propres aux pays dans lesquels celles-ci se passent.

LES MANNEQUINS
La première chose à savoir, c'est qu'il existe plusieurs types de mannequins : les modèles de mode et les mannequins "commerciaux".

ATTENTION, sur models, vous ne pourrez jouer que les modèles mode pour l'instant. les agences ne signant que ce type de mannequins.

Les modèles de mode sont les mannequins les plus vus par le monde entier. Ce sont les filles comme Adriana Lima, Cara Delevingne ou Francisco Lachowski qui posent pour les grands photographes pour les campagnes publicitaires des grandes marques et qui participent aux défilés. Ces mannequins sont soumis aux règles strictes du monde de la mode dont peu arrivent à s'extirper.
Les filles doivent avoir des mensurations se rapprochant de 86-61-86 (tour de poitrine - tour de taille - tour de hanches, en centimètres) et mesurer au moins 1m72. En clair, les femmes doivent faire du 34/36 pour correspondre au profil recherché.
Les hommes, quant à eux doivent être fins mais athlétiques. Ainsi, on peut observer une augmentation de la masse musculaire chez un mannequin homme au fil des années. Ils doivent mesurer au minimum 1m80 et faire entre 65 et 75 kilos.

Les mannequins pour sous-vêtements ont cependant des morphologies différentes. Les mannequins femmes ont par exemple plus de poitrine que les mannequins de mode classiques. Ainsi, Erin Heatherton ou Doutzen Kroes (Victoria's Secret) ont beaucoup plus de poitrine que la moyenne afin de sublimer ce qu'elles ont l'habitude de porter (même si les push-up permettent de mentir encore plus, on est d'accord). Tandis que les mannequins pour sous-vêtements masculins ont une musculature plus développée.

Les modèles de mode sont classés par rangs au fur et à mesure que leur carrière évolue et un New Face peut finalement devenir un Top Model. Pour en savoir plus, c'est par ici.

Les mannequins commerciaux sont nombreux et sont divisés en plusieurs corps de métiers. Dont voici une petite liste :
Il y a tout d'abord les mannequins-cabine, ils sont ceux sur qui les stylistes essayent ses prototypes. Ceux-ci sont préférés aux mannequins statiques parce qu'ils peuvent se mouvoir, les créateurs peuvent ainsi connaitre le comportement du vêtement une fois porté par un acheteur et peut ainsi modifier ce qui ne va pas. La demande pour ces mannequins est assez forte parce qu'ils peuvent être de tailles différentes. Les mannequins sont censés représenter les acheteurs et non un idéal prédéfini. Ces mannequins doivent généralement passer environ une heure debout pendant que le couturier fait des retouches sur lui, c'est donc un métier qui peut se révéler fatiguant.

Il y a ensuite les modèles catalogues, qui sont présents dans les catalogues de La Redoute ou des 3 Suisses, par exemple. Ces mannequins sont censés représenter toutes les catégories de la population et on y trouve donc aussi bien des femmes très jeune que des enfants, les adolescents sont également ciblés ainsi que les femmes d'âge plus mûrs et les femmes portant des tailles plus grandes comme le 46, par exemple. Ces mannequins sont photographiés plusieurs fois pour des vêtements totalement différents ainsi que pour des sous-vêtements (Nina Agdal pour Aerie).

Et enfin, les mannequins détails qui sont les gens possédant des mains, des pieds, des jambes, un visage ou même des yeux exceptionnels. Ces mannequins sont par exemple utilisés lors des campagnes pour les pub Dim ou au cinéma en tant que doublure (fesses, mains, etc.). Les mannequins visages peuvent quant à eux faire partie de campagnes comme celles de Sephora.

LES AUTRES MÉTIERS DE LA MODE
La mode n'est cependant pas régie par les mannequins et il existe des centaines d'autres métiers dont vous pourrez retrouver une partie ici. Ceux-ci sont également soumis à plus ou moins de popularité puisqu'il existe aussi bien de grands photographes reconnus que de grands couturiers reconnus, vous pourrez retrouver la liste des rangs des autres métiers par ici.

LES GRANDS ÉVÉNEMENTS DE LA MODE
Il existe de nombreux grands événements de la mode et qui sont pour le moins importants. Tellement importants que les peoples (acteurs, chanteurs) et les professionnels de la mode (mannequins, photographes, etc.) se pressent afin de pouvoir y assister ou y participer. Et voici cinq des plus célèbres événements qui secoue le monde de la mode au fil des années :

Les Fashion Week de Paris, New York, Londres et Milan et qui sont sans doute les plus attendues et l’événement le plus reconnu de la planète mode, puisque celles-ci ont fini par toucher un large public. Ces Fashion Week se sont déclinées dans de nombreuses villes partout dans le monde mais avec un écho beaucoup moins important puisque les capitales de la mode sont et resteront celles citées plus haut.

Le Victoria's Secret Fashion Show est également un rendez-vous assez attendu et qui est diffusé tous les ans par la chaine CBS et réalise ainsi une audience d'environ 9 millions chaque année (9.48 millions en 2012 et 10.30 en 2011). Celui-ci touche donc également un large public qui peut assister à l'événement via leur télévision ainsi que par internet afin de rayonner à l'international.

Le Met Ball est une exposition annuelle organisée par le Costume Institute précédé d'un gala pour le vernissage de l'exposition chaque année. Des personnalités y sont invités comme des créateurs de mode, des mannequins ou encore des acteurs en vogue. Cette "cérémonie" est souvent comparée aux Oscars à cause des tenues parfois extravagantes des invités afin de tenir au thème donné par l'Institut chaque année. L'année 2013 a ainsi eu pour thème Punk: Chaos to Couture et les invités ont du faire avec.

Le ANDAM Fashion Award se tient chaque année et depuis sa création en 1989 à Paris. Cet événement est important parce qu'il permet à bon nombre de jeunes designers de commencer à se faire connaitre et de pouvoir recevoir une récompense de 230.000€ (prix de l'année 2012). Le but étant évidemment de percer dans le monde de la mode, de s'y faire un nom et de continuer son activité.

Et enfin, les CFDA Awards est organisé chaque année par le CFDA (Council of Fashion Designers of America) afin de récompenser des stylistes dans plusieurs catégories (Prix Geoffrey Beene - qui couronne l'ensemble d'une carrière, Prix du vêtement féminin, Prix du vêtement masculin, Prix du meilleur espoir pour le prêt-à-porter et Prix international). Cet événement se déroule chaque année à New York et chaque prix est très convoité. Ils sont surnommés "les Oscars de la Mode".

LES MÉDIAS DE LA MODE
La mode se diffuse. Et si elle se diffuse, c'est bien évidemment grâce aux médias qui sont nombreux et permettent au grand public de voir des défilés et de s'instruire sur la mode.

A la télévision, la chaine Fashion TV est entièrement consacrée au monde de la mode et à son actualité. Elle présente aussi bien des interviews de mannequins que des défilés et est diffusée dans 202 pays à travers le monde. Son site internet propose également des vidéos, ainsi qu'un visionnage en live de la chaîne.

Les grands magazines de mode sont pourtant la première source de diffusion de la mode à travers le monde. Vogue, l'Officiel, Elle, Bazaar et tant d'autres sont des magazines incontournables et il est difficile de passer à côté dans les kiosques. Eux aussi ont des sites internet qui n'ont pas le même contenu que les magazines. Ces magazines sont également téléchargeables sur les appareils mobiles et iPad à des prix souvent assez avantageux, ce qui contribue une fois de plus à la promotion de cet univers.

Les blogs mode sont également un moyen et notamment avec Garance Doré qui est incontestablement un modèle de réussite pour toutes les autres blogueuses modes françaises. Son site a été créé en 2006 à Marseille et elle est maintenant installée à New York avec son compagnon, Scott Schuman, également blogueur mode. Les blogueurs mode sont généralement photographes de street-style.

Ceci n'est bien sûr qu'un échantillon des moyens qu'a la mode afin de se diffuser, parce qu'elle est sujette à de nombreux moyens de diffusions notamment grâce aux stars, aux séries et même à models  (le pire, c'est que c'est même pas une blague)...

LA PERCEPTION DE LA MODE DANS LES DIFFÉRENTS PAYS
La perception de l'univers de la mode change en fonction des pays, de leur culture et de leurs moeurs. Actuellement, dans les pays du Nord (les pays riches et très intégrés dans la mondialisation) comme la France, la mode et le métier de mannequin sont bien perçus et sont même mis en avant. La mode est un modèle à suivre, qui pousse les jeunes à vouloir ressembler aux top model qu'ils voient placardés aux arrêts de bus et dans les magazines de mode. Cependant, ça n'a pas toujours été le cas puisqu'il y a environ un siècle, les "sosies" comme on appelait les mannequins, n'étaient absolument pas reconnus puisque leur métier semblait déshonorant.

Il ne semble donc pas si farfelus qu'un pays comme la Chine considère le fait d'être mannequin comme quelque chose de frivole. Chose qui n'empêche cependant pas les mannequins chinois d'être extrêmement connus dans leur pays au même titre que les stars de cinéma. Lina Zhang et Ming Xi sont donc des mannequins très connues et qui participent à de nombreuses cérémonies dans leur pays. Celles-ci font cependant attention à leurs propos lors des interviews données dans leur pays d'origine et préfèrent par exemple dire que lorsqu'elles font du shopping, ce qu'elles préfèrent acheter son des "vestes militaires" afin de ne pas paraître de "mauvais genre". (source)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

ANNEXE 2 ∞ le monde de la mode

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MODELS :: Bienvenue ! :: premiers pas-